Record d'enchères pour "Le Lotus bleu" : un dessin d'Hergé à l'origine mystérieuse

Record d'enchères pour "Le Lotus bleu" : un dessin d'Hergé à l'origine mystérieuse

CULTE - Mis aux enchères ce jeudi par la maison Artcurial, un dessin préparatoire pour la couverture du "Lotus bleu", réalisé par Hergé en 1936, a été vendu 3,2 millions d'euros, un record. Le parcours de l'œuvre fait l'objet d'une querelle entre la famille Gallimard et les héritiers du dessinateur belge.

Tintin vêtu à la chinoise émergeant d'une jarre en faïence, nargué par un inquiétant dragon rouge : la maison Artcurial met aux enchères une illustration présentée comme la couverture initiale de l’album Le Lotus bleu, cinquième tome mythique des Aventures de Tintin publié en 1936 par l’éditeur belge Casterman. La reproduction de ce dessin préparatoire coûtant trop cher, celui-ci n'avait pas été retenu pour devenir la couverture de l'album. Une version simplifiée avait finalement été adoptée, avec un dragon noir sur fond rouge et beaucoup moins de détails. 

L'illustration, d'une grande rareté, a été mise en vente ce jeudi 14 janvier. Une pièce exceptionnelle, estimée à plus de 2 millions d'euros, que le père de Tintin avait réalisée en couleur directe - à l'encre de Chine, aquarelle et gouache - et au format 34x34, le même que celui utilisé pour les couvertures des premiers Tintin. Si la vente a battu un nouveau record, l'œuvre ayant dépassé les estimations pour finalement partir à  3.175.400 euros, son origine mystérieuses suscite la colère des héritiers du dessinateur belge.

Toute l'info sur

Le 13h

Oubliée... puis retrouvée 80 ans plus tard

Le dessin aurait été offert par Hergé au fils de son éditeur Louis Casterman, Jean-Paul. Selon la version fournie par ce dernier, le jeune garçon, alors âgé de 7 ans, aurait plié le dessin en six et l'aurait oublié dans un bureau d’écolier, là où il y serait resté pendant plus de 80 ans. Une version que contestent les héritiers d'Hergé, qui revendiquent la propriété de l’illustration et demandent à la famille Casterman de la leur restituer. 

"Je ne crois pas à cette histoire de cadeau offert par Hergé à un enfant. Artcurial a écrit un scénario hollywoodien pour faire monter les enchères", soutient auprès du journal Le Monde Nick Rodwell, second mari de Fanny Vlamynck, veuve et légatrice universelle de Hergé, qui assure une protection sourcilleuse de l'œuvre d'Hergé. "La place de ce dessin est au Musée Hergé [à Louvain-la-Neuve ndlr]. C’est un patrimoine belge qui risque de partir à l’étranger et qu’on ne reverra plus jamais", plaide dans les colonnes du quotidien le gérant du patrimoine d'Hergé.

Lire aussi

Pour l’expert Philippe Goddin, un des meilleurs connaisseurs de l'œuvre, "en mettant en vente le dessin, les Casterman ne sont coupables en rien. Ils ont cru à la légende que leur a transmis leur père". Mais il estime "éminemment suspect" le récit de Jean-Paul Casterman (mort en 2009) quand il affirmait avoir reçu ce dessin en cadeau. Les traces de pliure sont certes visibles sur la feuille de papier, mais c'est parce que Hergé avait glissé le dessin dans une enveloppe pour l'envoyer au directeur adjoint de l'édition, Charles Lesne. Certains experts pointent, en outre, le fait que l'illustration n'est pas dédicacée. 

Les ayants-droits ont déjà fait savoir qu'ils ne participeront pas aux enchères. "Nous ne rachetons jamais de pièces volées !", a tonné Nick Rodwell, interrogé par Le Monde quant à sa participation à la vente.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Des maires dénoncent "des carences" de l'État dans la livraison des vaccins

Vaccin Pfizer : les livraisons à l'UE vont être retardées de "trois à quatre semaines"

Impôts : faites-vous partie des bénéficiaires de l'acompte versé ce vendredi ?

Couvre-feu national à 18 heures : quelles sont les attestations dérogatoires et où les télécharger ?

Départ de Donald Trump : nos images de la Maison-Blanche désertée

Lire et commenter