"Un égoïste passionné par les autres" : la France a rendu son hommage national à Jean d'Ormesson

DirectLCI
HOMMAGE - Emmanuel Macron a préside ce vendredi un hommage national à l'écrivain Jean d'Ormesson à l'hôtel des Invalides. L'écrivain et académicien est décédé d'une crise cardiaque dans la nuit de lundi à mardi à l'âge de 92 ans.

Jean d'Ormesson était un "prosateur" de génie qui aimait la douceur de vivre et le bonheur. C'est ainsi que l'académicien Jean-Marie Rouart a salué vendredi la mémoire de l'écrivain disparu lors de son éloge funèbre en la cathédrale Saint-Louis des Invalides. Cette cérémonie religieuse pour l'auteur d'"Au plaisir de Dieu" précédait un "hommage national" présidé par Emmanuel Macron dans la cour d'honneur des Invalides.

En vidéo

Macron dépose un crayon sur le cercueil de d'Ormesson

Encadré par la Garde républicaine, le cercueil de Jean d'Ormesson, orné du drapeau français, a traversé la nef de la cathédrale avant d'être déposé devant le chœur. Le livret de messe était illustré par une photo en noir et blanc de l'académicien qui se cache le bas du visage avec les mains. Sous la photo, un vers célèbre du poète communiste Louis Aragon dont l'écrivain avait fait le titre de l'un de ses livres : "Je dirais malgré tout que la vie fut belle".

Macron a déposé un crayon à papier sur son cercueil

Nicolas Sarkozy, François Hollande et des dizaines de personnalités politiques et culturelles comme François Fillon, Marine Le Pen, Jean-Louis Debré ou Hélène Carrère d'Encausse ont assisté après la messe à la cérémonie nationale d'hommage. Après avoir passé en revue les troupes, Emmanuel Macron est allé saluer la famille avant l'entrée du cercueil dans la cour d'honneur. L'épée d'académicien et la grand-croix de la Légion d'honneur de Jean d'Ormesson ont été portées par des gardes républicains derrière le cercueil.

Dans son discours, Emmanuel Macron a donc longuement rendu l'écrivain, déclarant notamment qu'il avait conquis ses lecteurs avec sa "grâce lumineuse et contagieuse", expliquant aussi que celui qui était surnommé "Jean d'O" était "un égoïste passionné par les autres". Un auteur, capable de "donner un mélancolique le goût de vivre". Surtout, et c'est sans doute la séquence qui passera à la postérité, le président de la République a déposé un crayon à papier sur le cercueil de Jean d'Ormesson. Comme un dernier hommage à cet écrivain qui aura donc profondément marqué ses contemporains.

Plus d'articles

Sur le même sujet