VIDEOS - "Se souvenir et célébrer la vie" : le Bataclan rouvre en musique, les images du concert de Sting

RENAISSANCE - Après un an de silence, le Bataclan a retrouvé vie et musique samedi soir. Le chanteur Sting a inauguré la salle de concert avant la journée d'hommage prévue dimanche. "Nous avons deux tâches : se souvenir et célébrer la vie", a expliqué le chanteur.

Le Bataclan revit. A 21H06 samedi soir, le chanteur Sting a entamé les toutes premières notes du tout premier concert du nouveau Bataclan. Un an après l'horreur et l'effroi, la musique a repris enfin ses droits dans la salle parisienne endeuillée le 13 novembre 2015. "Bonsoir, nous avons deux tâches : se souvenir et célébrer la vie", a prononcé le chanteur avant une minute de silence.


L'intérieur de la salle était jusqu'alors resté secret. A l'intérieur, tout a été refait... à l'identique pour ne pas perdre l'esprit "d'avant le 13 novembre".  "Un an après les attentats, la France et le monde entier vont voir que le Bataclan revit", clamait avec émotion vendredi dernier Jérôme Langlet, le patron de la branche Lagardère Live Entertainment, propriétaire de la mythique salle parisienne.  


Toute la soirée notre journaliste Amandine Rebourg vous a fait vivre ce moment exceptionnel.

Lire aussi

22h31 - "Merci Bataclan " - Le concert s'achève : Sting et ses musciens très touchés

21h52 - Sting enchaîne les tubes : "English man in N.Y", "Every breathe you take", "So lonely"...

21h32 - Sting évoque son titre "inch'allah" sur les migrants et le besoin d'empathie. Le trompettiste franco-libanais, Ibrahim Maalouf, est aussi sur scène.  Très applaudi...

21h06 - Le chanteur britannique déclare en français : "Ce soir nous avons deux tâches à concilier : d'abord se souvenir de ceux 

qui ont perdu la vie dans l'attaque, ensuite célébrer la vie, la musique dans ce lieu historique". Puis il s'est lancé, accompagné  d'Ibrahim Maalouf, dans le morceau "Fragile".

La salle, dont la capacité maximale est de 1.497 personnes, affichait complet. Une poignée d'officiels, dont la ministre de la Culture Audrey Azoulay, la secrétaire d'Etat à l'aide aux victimes Juliette Méadel et la présidente de la région Ile-de-France, valérie Pécresse, étaient présents.


Les familles des victimes qui avaient souhaité assister au concert ont également été accueillies dans la salle.

Le concert fut précédé par une minute de silence.

Voici les toutes premières images de la salle de concert restaurée.

En vidéo

Bataclan : les premières images de Sting en répétition

Le chanteur britannique (ici à sa descente de l'avion en provenance de New York) était arrivé en début de soirée au Bataclan où l'attendaient déjà ses musciens. 

Deux heures avant le concert, les fans commençaient à affluer vers le Bataclan entouré de conditions de sécurité particulièrement sévères.

Initialement prévue le 16 novembre avec un concert de Pete Doherty, il fallait pour le co-directeur de la salle, Jules Frutos, que la musique reprenne ses droits avant les commémorations. "Démarrer l'ouverture du Bataclan avec d'abord des cérémonies et après de la musique, ça ne m'allait pas du tout, du tout. J'avais fondamentalement besoin que quelque chose se passe avant", explique-t-il à l'AFP. Ainsi, c'est le chanteur Sting, qui s'était porté candidat, qui a été choisi : "Il y a une vraie motivation, c'était la condition sine qua non", indique Jules Frutos. 

Lire aussi

En vidéo

Le directeur du Bataclan : "Notre souhait : faire revivre la salle" explique le co-directeur

La venue de Sting s'est concrétisée en un temps record, quelques heures seulement après que la commission de sécurité de la préfecture a donné son avis favorable pour la réouverture du Bataclan. Le chanteur anglais de 65 ans, dont le nouvel album "57th & 9th" sort ce vendredi, a lui-même fait acte de candidature pour jouer dans la salle parisienne et ne prendra pas de cachet. Les recettes de ce concert seront reversées à deux associations de victimes : Life for Paris et 13 novembre: Fraternité et Vérité.  

En vidéo

Interview exceptionnelle de Sting à la veille de son concert au Bataclan

En vidéo

Bataclan : pourquoi ce désamour envers les Eagles of Death Metal ?

Lire aussi

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Les attentats du 13 novembre, deux ans après

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter