Les doutes autour de Chris Froome ? "Je pense que c'est de ma faute", lâche Lance Armstrong

Les doutes autour de Chris Froome ? "Je pense que c'est de ma faute", lâche Lance Armstrong
CYCLISME

TOUR DE FRANCE - Alors que l'actuel maillot jaune, Chris Froome, et son équipe, Sky, doivent faire face à une vague de suspicion aussi grande que leur domination sur ce Tour 2015 est écrasante, ils ont reçu l'étonnant soutien du sulfureux Lance Armstrong.

"Les Sky sont-ils propres ?" Cette question que tout le monde se pose un peu plus depuis l'assommant triomphe de Chris Froome au sommet de la Pierre-Saint-Martin mardi, Lance Armstrong l'avait lui-même posée via son compte Twitter , accentuant la vague de suspicion et les sarcasmes. Mais l'ex-septuple vainqueur du Tour de France, tombé pour dopage après de longues années de déni , ne voulait pas pointer de doigt accusateur. C'est lui-même qui l'assure ce jeudi dans un entretien accordé à... Sky Sports , la chaîne du groupe Sky, sponsor de l'équipe de Froome. Assumant même la responsabilité du soupçon qui pèse sur le Britannique.

EN SAVOIR + >> La vidéo de Froome qui embarrasse la Sky

"Je crois que tout ce que je vais dire à propos d’une course cycliste va être décortiqué et analysé. Mais on me pose ces questions tout le temps. Est-ce qu’on peut y croire ? Est-ce que ces gars sont propres ? Est-ce que tout le monde est comme toi, Lance ? Je répondais simplement à ces questions. J’ai essayé d’être plus clair par la suite. Je n’ai aucune crédibilité, ce n’est pas mon rôle de donner mon opinion sur ce sujet. J’ai publié d’autres commentaires sur l’étape. J'ai dit : je ne sais pas, ne me demandez pas. Et certains ont traduit ça par : ils (les Sky) ne sont pas propres. Ce qui est la dernière chose que voulais dire. Parce que je n’en sais rien", tente-t-il ainsi de nuancer.

EN SAVOIR + >>  "Froome et la Sky sont très forts, trop pour être clean ?", s'interroge... Lance Armstrong

Au final, Armstrong prend même la défense de Froome. "Je sais ce que c’est que d’être le leader du Tour et de devoir composer avec toutes ces questions. Et, pour être honnête, je pense que c’est de ma faute, s'auto-flagelle-t-il. Les gens voient son style, ses performances, les écarts entre les coureurs. Et ils se disent : 'Ce gars-là est encore l’un d’entre eux' (un dopé, ndlr). Je me sens mal par rapport à ça. Quiconque gagne le Tour de France en 2015 ne devrait pas à avoir à répondre aux questions concernant quelqu’un qui l’a gagné dix ou quinze ans auparavant. Ce n’est pas juste." Pas faux. Mais pas sûr non plus que cette plaidoirie de la part d'un ex-dopé fasse pleurer dans les chaumières.

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent