Tour de France 2014 : ce qui est déjà joué, ce qu'il reste à gagner

CYCLISME

CYCLISME - La dernière étape de montagne terminée, il ne reste qu'un contre-la-montre, samedi, et le Tour de France 2014 connaîtra sa fin. Si le nom du vainqueur ne fait plus de doute, certaines questions restent en suspens. Voici un bilan de ce que l'on sait et de ce qui reste à savoir.

Ce qui est certain
Nibali a gagné le Tour
7’ 10” d'avance sur son dauphin, Thibaut Pinot, une aisance incomparable dans les ascensions, de bonnes aptitudes contre la montre : l'Italien Vincenzo Nibali aura le maillot jaune au corps jusqu'au bout. Avec quatre victoires dans ce Tour, i l aura été le grand bonhomme de cette édition . Au-dessus de tout le monde.

Un Français sur le podium
Thibaut Pinot 2e, Jean-Christophe Peraud 3e : il faudrait donc une double défaillance pour qu'aucun Français ne termine sur le podium. Encore plus alors que Peraud est un très bon rouleur, au moins aussi à l'aise que Valverde (qui a 2 secondes de retard sur lui) contre-la-montre. Très bon dans l'exercice, Van Garderen a 4 minutes à reprendre à Pinot et Peraud pour leur passer devant. Impensable pour le second,  clairement le mieux placé pour monter sur le podium des Champs-Elysées.

Sagan, solide maillot vert
La donne n'a pas vraiment changé dans les Pyrénées. Avec 155 points d'avance sur Bryan Coquard, Peter Sagan est assuré de ramener le maillot vert jusqu'à Paris, ce qui serait son troisième de suite, à 24 ans. Mais le Slovaque n'a pas encore gagné la moindre étape et va s'attacher à cela, vendredi à Bergerac ou sur les Champs dimanche. Coquard va tenter de rester dauphin jusqu'au bout, lui qui a pris de précieux points dans les Pyrénées et possède 36 unités d'avance sur Kristoff et 76 sur Kittel.

Majka sauve son maillot à pois
Les calculs étaient simples : si Nibali gagnait l'étape, Rafal Majka devait terminer dans les six premiers pour sauver sa tunique de meilleur grimpeur. Le Polonais a fait le choix de ne pas s'échapper jeudi matin avant d'improviser dans la dernière ascension. Nibali s'est échappé, lui a contre-attaqué pour terminer 3e, derrière l'Italien et Thibaut Pinot. Le voilà avec 13 points d'avance sur le Squale et l'assurance de conserver son maillot à Paris , pour sa première Grande Boucle. Parfaitement géré.

Ce qu'il reste à savoir
Un ou deux Français sur le podium ?
La question cachée est surtout la suivante : que va faire Pinot samedi ? Si Peraud est quasiment assuré de monter sur le podium des Champs, le leader de la FDJ n'est pas un as contre-la-montre. Alors il a bien fait de prendre un peu de temps à Valverde jeudi. Le voilà avec 15 secondes d'avance sur l'Espagnol. Très peu. Mais on l'a vu très frais, plus que Valverde, et il ne cesse de progresser dans l'exercice du chronomètre. Celui de samedi, entre Bergerac et Périgueux, sera long (54 km) et se jouera autant sur la technique que la fraîcheur. On a hâte d'y être.

Pinot meilleur jeune ?
Un Français sera en blanc à Paris. Mais lequel ? Thibaut Pinot, 2e du général, possède 2’ 17” d'avance sur Romain Bardet, semble plus frais que le coureur d'AG2R et meilleur en chronomètre. Mais une fois encore, la longue distance fera une belle place à la fraîcheur et Bardet a déjà montré qu'il récupérait très, très vite entre les étapes. Preuve, en tout cas, du bon comportement des Tricolores : Kwiatkowski, 3e de ce classement du meilleur jeune (moins de 25 ans), est à plus d'une heure de Pinot.

Et si Contador et Froome étaient là ?
C'est l'un des regrets de ce Tour. Si les deux grands animateurs attendus étaient encore en course, la guerre pour le maillot jaune aurait été superbe. Car si Nibali semble très tranquille, il est souvent abandonné trop rapidement par ses coéquipiers, qui craquent dès les premières pentes. Et à voir les coéquipiers dont disposait Contador ( Majka, double vainqueur d'étape et maillot à pois, et Rogers, victorieux mardi ), le feu d'artifice aurait été total.

Lire et commenter