Tour de France 2014 : le grand favori, c'est Nibali !

CYCLISME

CYCLISME - Avec l'abandon de Christopher Froome et les deux minutes de retard d'Alberto Contador, le champion d'Italie est désormais le principal prétendant au maillot jaune, qu'il porte déjà sur ses épaules.

Sans pour autant gagner l'étape du jour Vicenzo Nibali, troisième, a frappé un grand coup aujourd'hui sur le Tour. Et même s'il est prématuré de dire qu'il a gagné, son avance au classement en fait désormais le grand favori du Tour.

Avant même l'étape, l'ancien coureur Cédric Vasseur nous confiait que l'occasion était trop belle pour lui et Contador de prendre du temps à Froome, très peu à l'aise sur ce style d'étape. ''Connaissant le côté tacticien d'Alexandre Vinokourov (directeur de l'équipe Astana), il sait que le plus fragile est Froome'', explique l'ancien coureur Cédric Vasseur. Le champion olympique 2012 sur route ne s'est pas totalement trompé.

"Nibali est un acrobate"

Pour mettre de la distance entre eux et l'Anglais, ils n'ont pas eu besoin de forcer. A 67 kilomètres de l'arrivée, après deux chutes consécutives en 50 km, le dernier vainqueur du Tour a abandonné. Et comme, le grand favori n'est plus là, l'occasion était trop belle pour distancer Contador peu à l'aise sur les pavés mercredi. ''Nibali est un acrobate, je l'ai vu souvent à l'aise sous la pluie, dans les descentes, analysait Vasseur, désormais consultant pour France Télévisons, qui avait vu juste.

Bien aidé par un son coéquipier chez Astana, Jakob Fulsang, deuxième de l'étape et du classement général à deux secondes, le maillot jaune a mis plus de deux minutes à son principal adversaire. L'Espagnol, est même 19e à 2'47, quand le troisième, Peter Sagan est à 44 secondes et que son champ d'action est d'abord celui du maillot vert.

De quoi aborder l'entrée en montagne, qui débute aujourd'hui, de façon sereine. Après cette étape, Nibali peut désormais cibler ceux qui lui causeront le plus de souci. Richie Porte, huitième, lieutenant de Froome est appelé à le suppléer (+ 01' 54''). Fabian Cancellara (+ 01’ 17”) ou encore Alejandro Valverde (+ 02’ 11”).

Boom, la boue et la gagne

Mais avant que le champion d'Italie ne passe la ligne d'arrivée, le peloton s'est présenté morcelé sur les premiers pavés, à 84 kilomètres de l'arrivée, derrière les rescapés d'une échappée lancée en début d'étape (Westra, Gallopin, Clarke, Hayman, Taaramae, puis S. Dumoulin et T. Martin).

A 28 kilomètres de l'arrivée ces derniers ont été rejoints par le premier groupe de poursuite (Nibali, Kwiatkowski). Les équipiers du leader (Westra, Fuglsang) ont ensuite fait le forcing à 12 kilomètres de l'arrivée où Lars Boom a été le seul à pouvoir les suivre. Couvert de boue, le futur vainqueur a creusé l'écart avant l'entrée du dernier secteur pavé, à moins de 7 kilomètres de la ligne. Sans jamais être rattrapé.

Lire et commenter