Tour de France 2017 : ce passionné qui connaît le parcours avant tout le monde

DirectLCI
INTERVIEW – C'est dans le plus grand secret que les organisateurs du Tour de France sillonnent la France pour établir le tracé de la Grande Boucle. Quand il ne travaille pas chez Orange, Thomas Vergouwen, un Néerlandais de 36 ans installé en France, trouve du temps, de "une à trois heures par jour", pour dénicher les indices et dresser avant l'heure la carte de l'édition à venir. Il nous dit tout sur sa méthode (presque) infaillible.

Le parcours du Tour de France est un secret jalousement gardé. Mardi matin, depuis le palais des Congrès de Paris, l'organisateur du Tour de France va enfin dévoiler le parcours 2017. Mais Thomas Vergouwen, lui, tente d'en percer les secrets avant tout le monde. Et de publier les villes choisies parmi les 200, 250 villes qui font acte de candidature. Lors de la précédente édition, le fondateur/animateur du site spécialisé Velowire nous avait raconté sa méthode. Ou comment, chaque année à ses heures perdues, ce passionné trouve près de 100 % des villes-étapes du Tour de France.

LCI : Comment faites-vous pour gratter les infos ?

Thomas Vergouwen : J'offre une boîte de bonbons Haribo à ceux qui veulent partager avec moi des infos exclusives. Ça, c'est la nouveauté pour 2016, mais je dois bien avouer que c'était davantage pour rigoler. Plus sérieusement, quand une ville accueille déjà le Critérium du Dauphiné ou le Paris-Nice (deux événements organisés par Amaury Sport Organisation, ndlr), on peut se dire qu'elle est potentiellement ville-étape. Car ASO aime bien avant de choisir, effectuer un test avec une épreuve plus petite, on tient là un bon indice. Ensuite, j'épluche la presse quotidienne régionale. Je compte aussi, parmi mes lecteurs, une personne qui a accès aux réservations d'hôtel. Même si ça ne signifie pas que le Tour y passera précisément, ça permet de cibler un coin. Enfin, j'ai quelques informateurs – des gens qui travaillent dans les conseils généraux ou régionaux par exemple... – qui me demandent de préserver leur anonymat et qui fournissent des informations exclusives. Cette année, je les ai plus mis à contribution que par le passé.

Il y a des gens qui n'apprécient vraiment pas que je fasse ce travail et d'autres, qui aiment bien"Thomas Vergouwen

LCI : Vous faites ça depuis huit ans, est-ce plus difficile qu'avant ?

Thomas Vergouwen : Cette année, ça l'a été plus particulièrement. J'ai deux hypothèses : soit la PQR s'est peu intéressée à la chose, soit elle n'a rien trouvé et donc n'a rien diffusé. Ça me paraît improbable parce que les quotidiens locaux trouvent toujours quelque chose. Ce que j'en conclus, c'est qu'ASO a décidé un certain nombre de choses assez tardivement et donc que toute la logistique des réservations d'hôtel a été aussi faite sur le tard. Mais malgré cela, avec mon tracé, je suis de plus en plus près de la vérité. L'an dernier, je n'avais qu'une ville qui ne figurait pas sur la version officielle. Je trouve 100 % ou presque du tracé.

LCI : Comment le prend l'organisateur ASO ?

Thomas Vergouwen : Il y a des gens qui, chez eux, n'apprécient vraiment pas que je fasse ce travail et d'autres, qui aiment bien. Parce que "le Tour de France" est une marque et ASO a peu d'occasions en septembre ou en octobre de faire parler de leur événement. Et moi, avec ma carte que j'actualise régulièrement, je leur fais du buzz pendant cette période creuse. En plus, je ne dévoile que les lieux de départ et d'arrivée, je ne détaille pas le contenu des étapes. Je ne prétends jamais révéler le parcours du Tour de France. Avec mon site velowire.com, je diffuse les rumeurs qui le concerne tout en recoupant autant que possible et en triant au maximum.

Lire aussi

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter