Les hôtesses vont-elles disparaître des podiums du Tour de France dès cette année ?

CYCLISME

CYCLISME – Selon The Times, ASO, société organisatrice du Tour de France, "envisage très sérieusement" de retirer les hôtesses récompensant les leaders à la fin de chaque étape. Ce qui serait un revirement spectaculaire…

C’est un fait : les temps changent. Le statut de la femme dans le sport, aussi. À l’heure du mouvement "Me too", et tandis que les Fédérations s’activent pour développer le sport féminin, la phrase de Pierre de Coubertin, créateur des Jeux olympiques modernes au début du XXe siècle, selon laquelle "le rôle des femmes devrait être avant tout de couronner les vainqueurs", n’est plus, mais alors plus du tout, d’actualité. 

Je l’ai fait et je ne trouvais pas ça dégradant- Marion Rousse, coureuse cyliste de haut niveau et ancienne hôtesse podium sur le Tour de France

Les "grid girls" ont officiellement disparu des Grand Prix de Formule 1 cette année et, dans le cyclisme, les Tours d’Australie et d’Espagne ont remplacé les hôtesses sur les podiums par des enfants ou des adultes hommes, et supprimé la bise rituelle. Quid du Tour de France ? Eh bien ASO, société organisatrice de la Grande Boucle, "envisage très sérieusement", selon The Times, de mettre fin à cette pratique dès l'édition 2018.

ASO hésite encore

Contacté par LCI ce vendredi pour voir cette information confirmée ou infirmée, ASO n’a pas souhaité répondre à nos solliciations. Voici ce qu’on nous avait répondu, le 1er février dernier, sur ce même sujet : "Ce n’est pas en réflexion. Rien n’a été décidé mais, a priori, le protocole restera le même sur le Tour 2018, avec deux hôtesses qui feront la bise. En revanche, sur le Tour de France féminin, on mettra des hommes sur les podiums." 

Dans les colonnes de Ouest-France, deux semaines plus tard, Christian Prudhomme, le patron du Tour de France, avait peu ou prou tenu le même discours : "Nous ne changerons pas notre mode de fonctionnement, car, pour nos courses féminines, ce sont des hommes qui remettent les fleurs aux sportives sur le podium. Je ne vois là aucune misogynie. Je n’ai eu connaissance d’aucun cas de harcèlement. De jeunes femmes, qui étaient hôtesses l’année dernière, m’ont plutôt appelé, car elles s’inquiétaient de ne pas être gardées sur l’édition 2018 du Tour."

Il faudrait toujours avoir un paquet de préservatifs sur soi parce qu’on ne sait jamais où les hôtesses vont sortir- Le coureur Jan Bakelants pendant le Tour de France 2017

Pas de cas de harcèlement, mais, tout de même : ors de l’édition 2017, le coureur néerlandais Jan Bakelants, interrogé sur l’abstinence sexuelle observée durant les trois semaines du Tour de France, avait répondu qu’il y avait "le porno… et les hôtesses", ajoutant qu'il "faudrait toujours avoir un paquet de préservatifs sur soi parce qu’on ne sait jamais où elles vont sortir". Une sortie qui avait poussé Christian Prudhomme à lui réclamer des excuses publiques.

Ce vendredi, ASO a fini par répondre, au Huffington Post, que "le Tour de France est conscient de la sensibilité de la question de l'image de la femme", mais que "la décision finale n'a pas encore été prise", ajoutant que la société devrait bientôt se prononcer sur le sujet.

Lire aussi

Marion Rousse, coureuse cycliste de haut niveau et ancienne hôtesse podium sur le Tour de France, considère, elle, que c’est une tradition comme une autre, et que ce serait se tromper de lutte. "Ça fait partie de l’histoire du cyclisme, parce que, même dans les petites courses de clocher, avec des kermesses à la fin, on choisissait la fille du village qui allait remettre le bouquet, explique-t-elle à LCI. En échange, elle avait droit à une rose du coureur. Il n’y avait rien de péjoratif là-dedans. Mais c’est bien que les mentalités évoluent, qu’on mette aussi des garçons. Après, je ne trouve pas ça sexiste en soi. Je l’ai fait et je ne trouvais pas ça dégradant. Les filles postulent en connaissance de cause, parce qu’elles en ont envie. De toute façon, les filles sur un podium, je trouve ça moins important que la question de l’égalité hommes-femmes sur les salaires."

Et aussi

Lire et commenter