Tour de France : Nibali a dégainé le premier

Tour de France : Nibali a dégainé le premier

CYCLISME
DirectLCI
CYCLISME - Vincenzo Nibali n'a pas manqué l'occasion de l'emporter sur la première explication de ce Tour de France. Christopher Froome et Alberto Contador se sont testés mais c'est bien l'Italien qui s'est échappé au moment opportun. Le voilà en jaune dès la 2e étape.

Le Sicilien a lancé les hostilités.  Dans l'ombre du duel que se livrent Alberto Contador (Tinkoff) et Christopher Froome (Sky) , l'Italien Vincenzo Nibali a saisi la première opportunité qui s'est présentée, hier, sur les routes du Yorkshire. Parti à 2 kilomètres de l'arrivée à Sheffield, devant un groupe de vingt coureurs où demeuraient tous les costauds du peloton, le 'Requin de Messine', 29 ans, a su conserver deux secondes d'avance malgré le retour de ses poursuivants. Un avantage qui lui a suffi pour gagner sa première étape sur la Grande Boucle et prendre le maillot jaune au sprinteur Marcel Kittel, vainqueur la veille.

Il a effacé les critiques de son directeur sportif

Sur un parcours qui ressemble à celui de Liège-Bastogne-Liège, où il avait terminé 2e en 2012, Nibali a su répondre au meilleur des moments aux critiques. Celles, notamment, de son directeur sportif Aleksandr Vinokourov, qui lui avait envoyé début juin une lettre dans laquelle il lui reprochait de ne pas justifier son salaire, l'un des plus gros du peloton. Revanchard, le grimpeur a fièrement montré le drapeau de l'Italie qu'il arbore sur sa tunique bleue en passant la ligne, lui le champion transalpin à qui son équipe refuse un maillot intégral aux couleurs de son pays.

Aujourd'hui, c'est en jaune qu'il s'élancera de Cambridge. ''Je suis récompensé de tous mes sacrifices, s'est réjoui le leader d'Astana. Ma confiance est revenue et je veux continuer à travailler parce que mon objectif, c'est surtout d'aller chercher un beau résultat à la fin. Je ne veux pas perdre la tête et le Tour de France ne s'arrête pas là.'' Les deux étapes de plat, aujourd'hui, et demain, ne devraient pas perturber son leadership, avant que les pavés, mercredi, ne marquent le début des ennuis. Pour Nibali, comme pour les autres favoris.

Lire et commenter