Acier, Levi's et Harley Davidson : une "guerre commerciale" se prépare-t-elle entre l'UE et les États-Unis ?

BUSINESS - Donald Trump a annoncé son intention d'augmenter fortement les droits de douane sur l'acier et l'aluminium, pour respecter sa promesse de protéger l'industrie américaine. Face au risque d'escalade, l'UE dit vouloir éviter une guerre commerciale, mais prépare sa riposte.

"Nous serons aussi stupides qu'eux", a prévenu le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, vendredi soir. "Eux", ce sont les États-Unis. Alors que Donald Trump a annoncé jeudi soir son intention d'imposer la semaine prochaine des droits de douane de 25% pour l'acier et de 10% pour l'aluminium sur les importations, le chef de l'exécutif européen a répliqué en évoquant "des contre-mesures concernant les droits d'importation de produits américains, notamment Harley-Davidson, le bourbon (le whisky américain) et les jeans Levi's".

Samedi, en fin d'après-midi, le président américain a poursuivi cette escalade en affirmant sur Twitter que si l'Union européenne augmentait ses droits de douane sur des produits américains, les États-Unis cibleraient cette fois les importations de voitures fabriquées en Europe.

Une guerre commerciale se prépare-t-elle entre les États-Unis et le reste du monde ? Le président américain aurait affirmé que cette augmentation des droits de douane sur l'acier et l'aluminium "sera une décision générale qui ne souffrira pas d'exemption", selon un responsable qui s'est exprimé vendredi sous couvert d'anonymat à l'AFP. Ce dernier a précisé qu'il y aurait malgré tout "un processus d'exemption" pour les cas particuliers.

Les États-Unis, plus gros importateur d'acier, et l'UE, derrière

Les États-Unis sont le plus gros importateur d'acier, avec 24 milliards de dollars par an, soit 30 millions de tonnes, selon le ministère allemand de l'Economie. Environ 4% des importations d'acier viennent d'Allemagne, et 50% de seulement 4 pays : Canada, Brésil, Corée du Sud et Mexique. L'Union européenne reste néanmoins le deuxième producteur d'acier au monde, derrière la Chine.

Depuis sa campagne électorale, Donald Trump critique régulièrement les "décennies de commerce inéquitable", qui, selon lui, ont décimé l'industrie sidérurgique américaine. Dans un tweet publié vendredi, il affirme ainsi que "quand un pays (les USA) perdent des milliards de dollars dans ses relations commerciales avec virtuellement tous les pays, les guerres commerciales ont du bon, et elles sont faciles à gagner".

Peu après, le vice-président de la Commission européenne Jyrki Katainen a indiqué qu'il restait "une fenêtre d'opportunité" pour éviter une guerre commerciale. Il a précisé que les contre-mesures européennes sur les produits américains sont déjà "prêtes depuis un certain temps" et conformes avec les règles de l'Organisation mondiale du commerce (OMC).

Nous ne serons pas naïfsJean-Claude Juncker

Le commissaire européen aux Affaires économiques Pierre Moscovici abonde en affirmant que les guerres commerciales "ne sont bonnes pour personne". Un argument repris par le ministre de l'Économie Bruno Le Maire.

Reste que si les Etats-Unis veulent instaurer des barrières, "nous serons aussi stupides" qu'eux", a prévenu Jean-Claude Juncker, qui dit "regretter" le choix de Donald Trump "mais l'Europe doit se défendre et elle va se défendre". Plus tôt, il avait assurmé que l'UE ne restera "pas les bras croisés lorsque l'industrie et les emplois européens seront menacés (...) Nous ne serons pas naïfs".

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Commerce mondial : Trump déclenche la "guerre des taxes"

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter