Alstom : les réponses aux cinq questions que vous avez le plus posées dans Google

REPONSE - Les internautes se questionnent sur Google à propos du cas de l'usine d'Alstom, à Belfort. LCI répond aux cinq questions les plus posées.

La direction du groupe Alstom a annoncé le 7 septembre, la fermeture du site de Belfort et la délocalisation de sa chaine de production, à cause d’une baisse importante des commandes. Pour tout comprendre sur l'éventuelle fermeture du site de Belfort, cliquez ici

Alstom est une entreprise française fondée en 1932 et spécialisée dans la construction ferroviaire : métro, train, TGV, Intercités. Son nom est à l’origine, la contraction de "Alsace" et "Thomson", puisqu’elle résulte de la fusion de la Société alsacienne de constructions mécaniques (SACM) basée à Mulhouse, puis à Belfort, spécialisée de la conception de locomotives, et de la Compagnie française Thomson-Houston (CFTH). Elle compte 30.000 collaborateurs et est implantée dans 60 pays.

Henri Poupart-Lafarge est le PDG d’Alstom depuis février 2016. 

La structure du capital d’Alstom s’organise autour de plusieurs investisseurs : Bouygues & APE possèdent 28% du capital, les actionnaires individuels bénéficient de 9%, les salariés se partagent 1% et les investisseurs intentionnels, parmi lesquels figure l’Etat, possèdent 62%. 

L’Etat envisagerait selon Le Monde et Le Figaro, de commander 16 TGV à Alstom pour remplir son carnet de commandes jusqu’en 2021. Quelques questions subsistent quant à cette commande, puisqu’il semblerait que ces trains, prévus à l'origine pour atteindre une vitesse de 320km/h, soient destinés à rouler sur des lignes à vitesse réduite. Le plan de l’exécutif doit être présenté ce mardi matin lors d’une réunion réunissant, la direction du groupe, les syndicats, les élus locaux et des représentants du gouvernement. 

En vidéo

Sauvetage d'Alstom : journée décisive à Belfort

Lire aussi

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La crise à Alstom Belfort

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter