Assurance : gel des primes en 2021 pour les entreprises les plus touchées par la crise

Assurance : gel des primes en 2021 pour les entreprises les plus touchées par la crise

NÉGOCIATION - Les cotisations des professionnels frappés de fermeture administrative n'augmenteront pas l'année prochaine. Un geste à destination des cafés, hôtels, restaurants, mais pas seulement.

C'est un accord simple et lisible qui a été trouvé à Bercy entre le gouvernement et les grandes sociétés d'assurance. Ces dernières ont accepté de geler les cotisations des contrats multirisques professionnels pour l'année 2021, dans les secteurs les plus touchés par la crise. 

On pense évidemment à tout le secteur des cafés, hôtels, et restaurants, mais l'accord concerne aussi des entreprises dont l'activité a été pour l'essentiel réduite à zéro depuis le début de la crise sanitaire, dans la culture, l'événementiel, le sport, et le tourisme, tant qu'elles comptent moins de 250 salariés.

Toute l'info sur

Coronavirus : l'impact économique de la pandémie

Un accord qui met fin à quelques passes d'arme entre le gouvernement et les assureurs. Depuis le début de la crise, ces derniers se sont régulièrement retrouvés sont sous le feu des critiques, accusés de ne pas en faire assez, et des dizaines de contentieux entre restaurants et assureurs sur la couverture des pertes d'exploitation, qui sont rarement couvertes en cas de pandémie, ont été portées devant les tribunaux. 

Dimanche, le PDG de l'assureur Axa France Jacques de Peretti avait dénoncé un "chantage scandaleux" de la part de Bruno Le Maire, qui réclamait un gel des primes pour 2021 sous peine de soutenir un amendement déposé au Sénat visant à instaurer une contribution exceptionnelle de 2% sur les primes versées au titre des contrats d'assurance dommage. L'accord annoncé aujourd'hui signe donc une désescalade. "C'est un bon accord qui nous permet de sortir de cette logique du conflit pour entrer dans une logique de dialogue, de discussion et surtout de solidarité", a estimé Bruno Le Maire.

En vidéo

Restaurants fermés : les assureurs devront-ils payer ?

Outre le gel des primes de l'année à venir, l'accord conclu à Bercy offrira à ces même professionnels une couverture et de l'assistance s'ils ont été personnellement touchés par le Covid-19. "En cas de troubles ou de maladie psychologique, ils recevront de leur assureur une indemnité de convalescence, ça concerne aussi la livraison de repas à domicile, ou la garde de ses enfants", a précisé le ministre lors d'un point-presse. Une assistance qui couvre tant les chefs d'entreprise que leurs salariés.

Lire aussi

De plus, l'accord met en place une médiation des assurances, sur le modèle de ce qui existait déjà pour les particuliers. Enfin, à moyen terme, le ministre a indiqué qu'"il n'y aura pas d'assurance pandémie obligatoire", mais la possibilité pour les entreprises qui le souhaitent "de se constituer des provisions qui bénéficieront d'un régime fiscal particulièrement avantageux". Depuis le début de la crise, le secteur de l'assurance a déployé diverses mesures de soutien à l'économie représentant 3,8 milliards d'euros d'engagements.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - La vaccination des soignants est "une exigence éthique", selon l'Ordre des médecins

Patrick J. Adams, le mari de Meghan dans "Suits", dénonce l'attitude "obscène" de Buckingham

Affaire des "écoutes" : après Nicolas Sarkozy, le Parquet national financier fait appel de la décision

Vaccination des soignants : comment expliquer les disparités entre professions ?

Comportement, climat, géographie... pourquoi les chiffres du Covid font-ils le yoyo d'une région à une autre ?

Lire et commenter