Avec la multiplication des ventes privées et des promotions, les soldes ont-ils encore un intérêt ?

ÉCONOMIE
COMMERCE - Les soldes démarrent ce mercredi dans toute la France. Mais les nombreuses sollicitations des consommateurs à travers les promotions et autres ventes privées entament l’engouement des Français pour cette traditionnelle période de prix cassés.

Du Black Friday aux promotions d’après fêtes, les sollicitations des consommateurs se multiplient et s’étalent dans le temps. Conséquence : les soldes perdent peu à peu de leur attractivité, même si les clients devraient encore être nombreux à arpenter les rayons durant la nouvelle période de six semaines qui s’ouvre ce mercredi dans toute la France. Il faut dire que dès le lendemain de Noël, les mails affichant des rabais jusqu’à  - 50% ont commencé à envahir les boîtes des consommateurs. 


Selon une enquête Toluna/LSA, si 70 à 80% des Français affirment qu’ils participeront aux soldes cet hiver, cette proportion est en recul de trois points par rapport à l’an dernier. "Le phénomène des ventes privées s'est définitivement généralisé (...) créant une forte incertitude" sur le pouvoir d'attraction des soldes traditionnels, note Yves Marin, expert consommation chez Wavestone, cité par l’AFP.

Internet devant les boutiques

Une incertitude accrue encore par le développement des ventes en ligne, en progression constante. Selon la fédération du secteur (Fevad), 26 millions de Français projetteraient de réaliser leurs bonnes affaires sur la Toile cette année. Internet devance désormais les centres commerciaux (57% d'intentions d'achats contre 56,6% selon Toluna), loin devant les grandes surfaces (41,4%), les boutiques de centre-ville (37,4%) et les grands magasins (34,7%). 


 

Dans un contexte de budget encore contraint, 50% des consommateurs ne savent pas quel montant ils consacreront aux achats à prix cassés ces prochains jours, selon une étude Ifop.  Mais leurs dépenses s’annoncent raisonnables : 71% des Français affirment ainsi projeter d’effectuer des "achats besoin", renonçant aux achats "coups de cœur". 


Quant aux postes de dépenses, les priorités restent globalement les mêmes avec en tête de liste les articles d'habillement (74,3%), mais aussi de sport (39,8%), de culture (27,1%), d'ameublement (26,9%) ou de high tech (25%).

En vidéo

Coup d'envoi des soldes : moins d'offres attendues cette année

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter