Baisse du salaire des fonctionnaires en janvier : les explications d'Edouard Philippe sur ce bug

Baisse du salaire des fonctionnaires en janvier : les explications d'Edouard Philippe sur ce bug

DirectLCI
BUG - Le Premier ministre a reconnu mardi soir une "difficulté technique" liée aux logiciels de paie, promettant un rattrapage rétroactif "en février". De nombreux fonctionnaires n'avaient pas été compensés de la hausse de la CSG sur leurs salaires de janvier.

Fonctionnaires, votre salaire a été amputé de plusieurs dizaines d'euros sur votre paie de janvier ? Rassurez-vous : il s'agit d'une simple "difficulté technique" liée à la hausse de la CSG. C'est en tout cas le point de vue d'Edouard Philippe, le Premier ministre assurant néanmoins un rattrapage rétroactif "en février".

En vidéo

Réforme de la CSG : ce qui va changer pour vous

"Pour certains fonctionnaires, pas pour tous (...), la compensation qui va être apportée n'a pas été apportée en janvier parce que le logiciel de paie n'était pas adapté ou ne pouvait pas fonctionner de ce point de vue-là dès le mois de janvier", a expliqué Edouard Philippe lors de son direct hebdomadaire sur Facebook. "Elle sera donc compensée, et rétroactivement en février" avec un "rattrapage bien entendu" et "une compensation complète", a-t-il assuré, disant "comprendre très bien la mauvaise surprise de ceux qui, voyant arriver leur feuille de paie, ont vu une diminution de leur revenu".

Certains pourraient devoir attendre le mois de mars

Selon une source proche de Bercy, plusieurs centaines de milliers de fonctionnaires, notamment dans les hôpitaux, les universités et chez les militaires, sont concernés par ce problème, qui a amputé leur salaire de plusieurs dizaines d'euros lors de la paie fin janvier. Un bug lié à la mise en œuvre de la hausse de la CSG de 1,7%, en vigueur depuis le 1er janvier 2018. Cette mesure du projet de loi de finances n'a pas été anticipée par la totalité des administrations, et n'a été intégrée qu'après l'adoption le 21 décembre du budget 2018, trop tard pour être appliquée dès janvier. Selon les explications de Bercy, si "la quasi-totalité" des fonctionnaires verront ce problème réglé en février, certains pourraient toutefois devoir attendre mars.

Cette "difficulté technique" tombe symboliquement mal pour l'exécutif, qui fait face à des critiques sur le pouvoir d'achat sur fond de hausse du tabac, des carburants et de la CSG, malgré un coup de pouce en janvier pour les salariés du privé dont les cotisations sociales ont baissé. D'autant que les fonctionnaires, cette fois en quasi-totalité, ont subi l'application d'un protocole de 2010 sur les retraites qui a amputé leur salaire de janvier de l'ordre de "cinq à six euros", selon Bercy.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter