"Beaucoup sont obligés de prendre deux emplois": les agents de sécurité sous pression manifestent pour leurs salaires

ÉCONOMIE
MOBILISATION - Les agents de sécurité étaient en grève ce mercredi pour réclamer une hausse salariale ainsi que l’amélioration de leurs conditions de travail et de sécurité, sur fond de risques terroristes.

Après les policiers, les agents de sécurité. La problématique n’est pas tout à fait la même mais le contexte est similaire. La vague récente d’attentats a conduit à de profonds changements dans l’exercice des missions de ces deux professions, et pour beaucoup la coupe est pleine. C’est ce qu’ont notamment dénoncé mercredi plusieurs centaines d’agents à Paris, à La Défense, et en province, à l’appel d’une intersyndicale réunissant la CGT, la CFTC et l’Unsa. 


Les grévistes affichent des revendications élevées : 10% net de hausse salariale. Outre la charge de travail et l’exposition aux risques aggravées du fait des attentats, ils pointent également le transfert  à leur charge de la mutuelle santé pour leur famille.  SI la première revendication est salariale, les employés de ce secteur de 150.000 personnes alertent également sur le manque d’accompagnement dans l’évolution récente de leur action.

"Nous manquons d’un cadre"

"Il y a un très grand turn-over dans notre profession et les conditions se détériorent", explique à LCI Ismail Mohamedi Taieb, délégué CGT  et employé de la société Main sécurité. "Beaucoup de nos collègues sont obligés de prendre deux emplois pour assurer les fins de mois, les salaires étant à peine plus élevés que le smic." 


Au-delà des considérations salariales, les agents insistent sur leurs conditions de travail dans un contexte de lutte contre le terrorisme. "On ne nous demande plus d’effectuer une mission de surveillance et de sécurité mais de sûreté", poursuit Ismail Mohamedi Taieb. "Ce n’est pas le même métier. Nous manquons d’un cadre, de formations pour faire face au risque terroriste."


En progression depuis le début des années 2000, l’activité de sécurité privée a nettement augmenté ces cinq dernières années, progressant en moyenne de 4,3% par an entre 2010 et 2015, selon une étude récente de l’Insee. Le chiffre d'affaires du secteur, constitué pour plus des trois-quarts par les activités de sécurité privée (services de garde et de patrouille, transports de fonds, agents de sécurité), a ainsi atteint 8,3 milliards d'euros en 2015. Une progression qui s’est poursuivie au premier semestre (+3,3%) sous l’effet notamment des attentats et de grands évènements comme l’Euro-2016. 

En vidéo

Attentats en France : le secteur de la sécurité privée en plein boom

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter