Airbnb casse la baraque pour son entrée à Wall Street

Airbnb casse la baraque pour son entrée à Wall Street

SUCCÈS - Le champion du tourisme au logo rose a cassé la baraque à Wall Street avec une première cotation exubérante ce jeudi 10 décembre.

Jackpot. L'action de la plateforme de location de logement Airbnb a cartonné, ce jeudi, à l'occasion de sa toute première cotation à Wall Street. Alors que son prix d'introduction avait été fixé à 68 dollars par action, le titre de l'entreprise a débuté à 146 dollars sur la plateforme du Nasdaq, soit une hausse de 115%. A ce niveau, Airbnb vaut plus de 100 milliards de dollars en Bourse, selon plusieurs médias américains. Une véritable success-story en pleine pandémie.

L'année 2020 aura été semée d'embûches pour le groupe américain. En effet, le leader mondial du tourisme a été heurté de plein fouet par les mesures sanitaires imposées dans le monde à l'hiver et au printemps dernier - son chiffre d'affaires des neuf premiers mois de 2020 avait plongé de 32% sur un an.

Mais tel un phœnix, le géant de la tech a réussi à renaître de ses cendres. Comment ? L'entreprise a levé en urgence 2 milliards de dollars, freiner ses dépenses publicitaires et  licencier environ 25% de ses salariés - 1800 employés. En plus de ça, l'entreprise californienne a aussi su se réinventer en misant davantage sur le local et les séjours longue durée. Airbnb a notamment profité de l'appétit pour les longs week-ends et vacances à proximité, ainsi que du souhait des gens de télétravailler depuis un autre lieu que leur domicile.

Une méthode qui paie aujourd'hui puisqu'elle a permis à l'enfant chéri de la Silicon Valley de relever la tête pendant les vacances d'été : de juillet à septembre, la plateforme a gagné 219 millions de dollars.

Naissance d'un nouveau géant

La vie boursière est depuis repartie de l'avant et les investisseurs montrent un appétit vorace pour les nouvelles arrivées. Airbnb avait initialement prévu de mettre sur le marché ses actions à une fourchette de prix allant de 44 dollars à 50 dollars l'unité, un intervalle relevé quelques jours plus tard à 56-60 dollars, avant de grimper à 68 dollars. 

En achetant des actions du site, les investisseurs ont l'impression de miser sur l'essor d'un nouveau géant dans son secteur, remarque Gregori Volokhine, gestionnaire de portefeuille pour Meeschaert Financial Services. Une fois les frais décomptés, Airbnb a récupéré 3,4 milliards de dollars d'argent frais grâce à cette opération.

Pour l'occasion, le Nasdaq a déployé le logo de la plateforme et des images de son activité sur son bâtiment surplombant la mythique place de Times Square à New York. À défaut de pouvoir venir sur place sonner la cloche marquant l'ouverture de la séance, Airbnb avait préparé une vidéo montrant des hôtes de son site répartis un peu partout dans le monde activant la sonnette de leur habitation.

Lire aussi

Tout a commencé pour Airbnb, il y a treize ans, à San Francisco. À l'époque, les deux fondateurs, Brian Chesky et Joe Gebbia cherchaient en 2007, un moyen de payer leur loyer. Alors que les deux hommes sont sur la paille, ils créent alors un site, baptisé AirBedandBreakfast.com. L'objectif ? Proposer aux participants d'une conférence de les héberger sur des matelas pneumatiques. 

Les deux amis sont rejoints en 2008 par l'informaticien Nathan Blecharczyk et forment alors officiellement Airbnb. Alors que se propage une grave crise financière dans le monde, l'idée de trouver des logements temporaires moins chers, ou de gagner un peu d'argent en louant une chambre, séduit rapidement le public. 

Aujourd'hui, le groupe a désormais quatre millions d'hôtes à son compteur et plus de 825 millions de clients. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Que risquera-t-on en roulant sans pneus hiver après lundi ? Le 20H vous répond

VIDÉO – Un an de pluie en quelques heures : les images des dégâts des inondations monstres en Sicile

EN DIRECT - 13-Novembre : "Nous sommes des rescapés du Bataclan et des oubliés de l'administration", témoigne un policier

"C’est ridicule" : la colère monte face aux routes bloquées de la frontière franco-espagnole

Plus de 5000 cas de Covid-19 par jour : peut-on déjà parler de "cinquième vague" de l'épidémie ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.