Budget : les chiffres clés de l'ambitieux plan gouvernemental

Budget : les chiffres clés de l'ambitieux plan gouvernemental

ECONOMIE
DirectLCI
FINANCES - Le gouvernement a présenté mercredi son programme de stabilité pour 2014-2017, . Il a confirmé sa volonté de réduire le déficit à 3% du PIB dès 2015. Un objectif ambitieux qui s’appuie sur les économies annoncées et sur les effets attendus, mais incertains, du pacte de responsabilité. Metronews fait le point sur le programme budgétaire français en quatre chiffres.

1,7% de croissance
Sans croissance, pas de sortie de crise. Prudent, le gouvernement avait revu dès septembre sa prévision de croissance pour 2014 à 0,9%. Le PIB pourrait en définitive progresser de 1% sur l'année. Un léger mieux qui reste toutefois insuffisant pour envisager une réelle baisse du chômage. L'embellie interviendrait cependant dès 2015, avec une croissance envisagée de 1,7%, sous l'impulsion notamment du commerce extérieur. Attention toutefois, selon le Haut Conseil des Finances Publiques, l'hypothèse retenue par le gouvernement "repose sur un enchaînement vertueux de toutes les hypothèses favorables". En 2016 et 2017, la croissance s'établirait à 2,25%, selon le gouvernement.

3% de déficit
Comme le nouveau ministre des Finances, Michel Sapin, l'a réaffirmé ces derniers jours, la France maintient l'engagement pris auprès de Bruxelles de ramener son déficit à 3% dès l'an prochain, après 3,8% cette année. Là, plus question de prudence. Le projet est ambitieux. La réduction de déficit correspond à 1,3 point de PIB entre 2013 et 2015, ce qui représente près de 30 milliards d'euros d'économies. Pour tenir sa parole, le gouvernement a donc annoncé un plan d'économies de 50 milliards d'euros en trois ans, mais il est déjà contraint d'inscrire une première tranche de 4 milliards d'euros d'économies dans un collectif budgétaire qui sera présenté en juin.

0 augmentation
Parmi les mesures d'économies annoncées, les fonctionnaires subiront cette année encore, et au moins jusqu'en 2017, le gel du point d'indice qui sert de base au calcul de leurs salaires. Et ce, malgré la protestation au sein même du PS , alors que ce point n'a plus été revalorisé depuis 2010, année où il avait été augmenté de 0,5 %. La perte de pouvoir d'achat des agents de la fonction publique va donc se poursuivre. Limitée du fait d'une inflation faible ces dernières années, elle pourrait néanmoins se creuser si les prévisions de l'augmentation des prix à la consommation se confirment, soit 1,2% cette année, puis 1,5% en 2015.

200.000 emplois
Le plan de 50 milliards d'euros d'économies doit également financer le pacte de responsabilité sur lequel compte le gouvernement pour relancer l'emploi et appuyer son effort de réduction du déficit. Les 10 milliards d'euros d’allègements de charges, promis dans ce cadre, devraient se traduire par une augmentation de 200.000 emplois, escompte le gouvernement. Réitérant les avertissements formulés l'an passé, le Haut conseil des Finances publiques estime pour sa part que l'impact des lourdes économies programmées en 2015 pourrait peser sur une "croissance pas aussi riche en emploi que ne le prévoit le gouvernement".

Sur le même sujet

Lire et commenter