Chômage partiel, subventions pour la cantine : quelles aides pour pallier la fermeture des écoles ?

Chômage partiel, subventions pour la cantine : quelles aides pour pallier la fermeture des écoles ?

PORTE-MONNAIE - Des aides pour les parents accompagneront les nouvelles mesures annoncées mercredi soir par Emmanuel Macron. Chômage partiel, subventions pour la cantine, indemnisations aux entreprises… On fait le point.

Un nouveau tour de vis sur le pays. Pour tenter d'enrayer la propagation de la troisième vague de Covid-19, le président de la République Emmanuel Macron a annoncé mercredi soir la généralisation des mesures déjà en vigueur dans 19 départements, en plus de la fermeture des établissements scolaires pour tout ou une partie du mois d'avril, en fonction des niveaux. Ces nombreuses restrictions s'accompagnent toutefois d'une nouvelle série d'aides de l'État.

Toute l'info sur

La France face à une 3ème vague d'ampleur

Chômage partiel

Tout d'abord, les salariés obligés de rester à leur domicile avec la fermeture des écoles et des crèches, et dont l'activité n'est pas 'télétravaillable', pourront bénéficier du chômage partiel. "Les parents qui devront garder leurs enfants et ne peuvent pas télétravailler auront droit au chômage partiel", a confirmé le chef de l'État devant plus de 30 millions de téléspectateurs, mercredi soir.

Pour les parents dont l'activité professionnelle peut être réalisée à distance - Emmanuel Macron a une nouvelle fois insisté sur l'importance du télétravail au mois d'avril - les règles sont plus complexes. "Les salariés dans l'incapacité de télétravailler pourront demander à bénéficier de l'activité partielle pour garder leur enfant", assure le ministère du Travail dans un communiqué. L'enfant doit toutefois être âgé de moins de 16 ans (pas de limite d'âge pour les enfants en situation de handicap), et un seul parent peut bénéficier de l'activité partielle au motif de la garde d'enfant. Une attestation sur l'honneur devra alors être remise à l'employeur.

Lire aussi

Le chômage partiel prévoit une prise en charge de 84% du salaire par l'État, et 100% pour les salariés au Smic. "Tous les établissements fermés par décision administrative et les entreprises justifiant d'une perte de 60% de leur chiffre d'affaires par rapport au mois précédent ou au même mois en 2019 bénéficient d'une prise en charge à 100% de l'activité partielle, sans reste à charge", précise le ministère du Travail. Il en est de même pour les secteurs les plus touchés par la crise. Pour les autres, le reste à charge s'élève à 15%.

Subventions pour la cantine

Qui dit fermeture des écoles dit déjeuner des enfants à la maison. Comme lors du premier confinement, cette mesure a un coût pour les familles. Dans un discours prononcé à l'Assemblée nationale ce jeudi, le Premier ministre Jean Castex a assuré les parents du soutien de l'État. Les "familles modestes dont les enfants n'iront plus à la cantine ou ne pourront plus bénéficier de petits-déjeuners gratuits" seront aidées, avec des modalités que le chef du gouvernement précisera "dans les prochains jours", a-t-il indiqué devant les députés.

Des aides pourront aussi être versées par les régions, notamment en Île-de-France, comme l'a laissé entendre sa présidente, Valérie Pécresse (Libres!). "L'année dernière, nous avons donné un chèque de 100 euros pour les familles les plus défavorisées en compensation des repas de cantines", a-t-elle rappelé ce jeudi au micro de France inter. "C'est quelque chose que nous allons reconsidérer, c'est tout à fait une mesure que la région peut prendre."

Indemnisations aux entreprises

Les nouvelles restrictions relèvent également du casse-tête pour les entreprises, avec certains salariés ne pouvant plus travailler, et la fermeture d'une partie des commerces sur l'ensemble du territoire. "Comme depuis un an, l'accompagnement économique et social sera au rendez-vous", a toutefois assuré Emmanuel Macron. "Pour les salariés et les commerçants, les indépendants, les entrepreneurs et les entreprises, tous les dispositifs actuellement en vigueur seront prolongés."

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

42 jours au lieu de 28 entre deux doses de Pfizer et de Moderna : sur quoi se base Olivier Véran ?

Le vaccin Johnson & Johnson arrive ce lundi en France : ce qu'il faut savoir

Éruption de la Soufrière à Saint-Vincent : des milliers d'évacuations dans la panique

EN DIRECT - Le pic de la 3e vague atteint ? "Nous devons encore tenir", prévient Véran

Dîners clandestins : Brice Hortefeux plaide la bonne foi, Alain Duhamel se dit "piégé"

Lire et commenter