Fermeture des centres commerciaux : le CNCC "s'indigne" et réclame "une explication"

Fermeture des centres commerciaux : le CNCC "s'indigne" et réclame "une explication"

ÉCONOMIE - Face à la recrudescence de l'épidémie, la fermeture des grands centres commerciaux non alimentaires a été annoncée vendredi. Une décision gouvernementale qui entre en vigueur dimanche et que le Conseil national des centres commerciaux (CNCC) "ne comprend pas".

Ils s'estiment "stigmatisés" sans raison. "À compter de ce dimanche, les centres commerciaux non alimentaires d'une surface supérieure à 20.000 m², c'est-à-dire ceux qui favorisent le plus de brassage des populations, seront fermés", a annoncé le Premier ministre Jean Castex vendredi 29 janvier, à l'issue d'un Conseil de défense sanitaire imprévu. En réalité, les centres commerciaux de plus de 20.000 m² devront baisser le rideau dès ce samedi soir, sans possibilité de rouvrir le lendemain. 

Dans un communiqué, le Conseil national des centres commerciaux (CNCC) "s'indigne d'une décision qui n'a fait l'objet d'aucune concertation préalable, annoncée avec une prise d'effet dans un délai de 48h et très imprécise quant à son périmètre d'application". "Sur les 835 centres commerciaux que compte la France, la moitié (396 en 2019, ndlr) ont une surface supérieure à 20 000 m². Aucun n'a été reconnu comme ayant constitué un 'cluster' depuis le début de la crise sanitaire", rappelle l'organisation professionnelle fédérant les acteurs de cette industrie. "Les mesures imposées par le gouvernement y ont toujours été strictement mises en œuvre et respectées. Le CNCC ne comprend pas pourquoi ces centres sont aujourd'hui stigmatisés."

Toute l'info sur

La France fait-elle les bons choix face au virus ?

Les dernières informations sur l'épidémie et le déconfinement

Le CNCC "attend des réponses précises" de l'exécutif

Exaspéré par cette nouvelle mesure, le CNCC "exige une explication de texte" de la part de Jean Castex sur le terme de "centre commercial non alimentaire de plus de 20.000 m²".  Car, selon l'instance, des questions d'ordre pratique s'imposent : "S'agit-il de centres ne comprenant pas de grande ou moyenne surface alimentaire ? Dans le cas de centre comprenant une telle surface, celle-ci doit-elle être déduite de la superficie totale ? Doit-on comprendre que ces 20.000m² ne comprennent que la surface accessible aux consommateurs ?", s'interroge-t-elle. 

Dès ce samedi à 12h, une réunion téléphonique doit être organisée par le ministre de l'Économie Bruno Le Maire et le ministre des PME Alain Griset avec les acteurs de la grande distribution. À cette occasion, le Conseil national des centres commerciaux "attend des réponses précises du gouvernement", alors qu'il jugeait, le 26 janvier, qu'une nouvelle fermeture "porterait le coup de grâce" au secteur, qui enregistre "une baisse de l'ordre de 25% de leurs chiffres d'affaires par rapport à 2020".

En vidéo

Les petits commerces épargnés mais inquiets

Épargnés par cette fermeture, les petits commerces n'auront eux "pas à subir une énième période de confinement meurtrière pour leur trésorerie". "Une bonne chose" pour les commerces de proximité, artisans et indépendants. "Toutefois, l'inquiétude est toujours bien présente au sein des petites entreprises sur leurs perspectives dans ce stop-and-go perpétuel", explique le syndicat des Indépendants (SDI). 

"Les mesures gouvernementales prises depuis quelques mois n'ont pas permis d'endiguer les graves problèmes de trésorerie des petites entreprises qui hésitent aujourd'hui entre s'endetter indéfiniment ou déposer le bilan", précise son secrétaire général Marc Sanchez. "Il est impératif de prévoir des mesures drastiques de soutien aux TPE !"

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Présidentielle 2022 : Éric Zemmour blessé au poignet après avoir été chahuté en début de meeting

Un vaccin qui "n'empêche pas la transmission", est-ce vraiment "du jamais-vu depuis Pasteur" ?

EN DIRECT - Covid-19 : 25 contaminations au variant Omicron confirmées en France

Télétravail, vaccination des enfants... Ce qui pourrait être annoncé à l'issue du Conseil de défense lundi

Covid-19 : vacances de Noël avancées dans les écoles et rassemblements limités... la Belgique sur le qui-vive

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.