Pourquoi le Bitcoin revient-il à son plus haut niveau et jusqu'où pourrait-il aller ?

L'ECO - Ce mardi, Catherine André nous parle de l'envolée du cours du bitcoin. Quelles sont les raisons de cette hausse ?

$19.850,11 - Trois ans après avoir tutoyé le seuil des 20.000$, le Bitcoin revient à ses plus hauts. De quoi constater que depuis 2017 tout ou presque a changé autour des crypto-monnaies, au point de donner à la doyenne d'entre elles un statut proche de celui de l'or.

Le Bitcoin refait la une des gazettes économiques, en tutoyant à nouveau les sommets. Il y a trois ans presque jour pour jour, la monnaie virtuelle s'était envolée vers les 20.000 dollars, multipliant son cours par vingt en moins d'un an. À l'époque, cette exubérance avait tout d'une bulle spéculative, qui a d'ailleurs fait pschittt début 2018, le Bitcoin retombant au final à 3000 dollars un an plus tard, et sortant au passage de l'écran radar de nombre d'observateurs. Aujourd'hui, le Bitcoin revient, et pour cause : la reine des crypto-monnaies a touché lundi son nouveau plus haut historique, 19.850,11 dollars pour être précis.

Toute l'info sur

La folie du bitcoin

Un retour au plus haut... finalement moins vertigineux qu'en 2017 : depuis septembre dernier, la monnaie virtuelle a doublé, pas plus. Rien de très impressionnant pour une monnaie dont la volatilité est l'une des caractéristiques. Surtout, la hausse du Bitcoin cette année s'explique par des raisons qui n'ont rien d'ésotérique.

Première explication : les crypto-monnaies dans leur ensemble et le Bitcoin en particulier profitent de la hausse des marchés en général. Aux États-Unis, l'indice Dow Jones a passé il y a quelques jours la barre des 30.000 points, en hausse de plus de 60% depuis le mois de mars, et probablement dopé par les milliers de milliards de dollars injectés dans l'économique par la Réserve Fédérale américaine pour tenter d'éponger les effets économiques de la crise sanitaire. Le Nasdaq aussi est à ses plus hauts. De quoi donner des liquidités aux investisseurs, et les pousser vers plus de diversification, et des placements de long terme.

Lire aussi

Et justement, ce que l'on observe, c'est que si le nombre de détenteurs de Bitcoin ne cesse d'augmenter, la crypto-monnaie est comme une devise de réserve, pas une monnaie que l'on utiliserait vraiment au quotidien. Beaucoup gardent leurs Bitcoin comme si leur retraite en dépendait, il y a même un mot pour cela, "HODL", pour "Hold On for Dear Life", le cri de ralliement des vétérans du Bitcoin, ce qu'il faut se répéter pour ne pas vendre à chaque turbulence du cours.

En clair, le volume investi dans le Bitcoin ne cesse d'augmenter, mais la quantité de coins disponible a elle depuis longtemps atteint son maximum... donc le cours grimpe. Et là aussi, beaucoup de choses ont changé. En 2017, ceux qui ont récolté les fruits des 2.000.000% de hausse du Bitcoin depuis sa création sont les premiers adeptes, les militants des crypto-monnaies, des investisseurs individuels, à une époque où les institutions financières traditionnelles voyaient la chose d'assez loin, et avec beaucoup de prudence face à une monnaie qu'aucune banque centrale ne contrôle. 

Ces mêmes institutions ont depuis assez largement changé d'avis, on trouve du Bitcoin intégré à des instruments financiers disponibles un peu partout, certaines banques permettent d'acheter et de vendre des crypto-monnaies. Surtout, la monnaie virtuelle a bénéficié de son intégration dans des outils grand public, on peut désormais en échanger sous Paypal, dont le nombre d'utilisateurs se compte en centaines de millions. Même la Banque Centrale Européenne prépare sa version numérique de l'Euro.

300.000 dollars pour 1 Bitcoin en 2021 ?

Le Bitcoin teste aujourd'hui la résistance de la barre des 20.000 dollars, niveau auquel nombre d'investisseurs ont des ordres de vente automatique, de peur de subir la même baisse brutale qu'en 2017. Est-ce pourtant un mur infranchissable ?  Chez les investisseurs institutionnels, on oscille entre la circonspection et les espoirs les plus fous. "Nous avançons en terre inconnue pour les prix, et ce petit coup de fouet pourrait faire partir le cours encore plus haut", estime ainsi Craig Erlam, analyste chez Oanda. 

Une opinion partagée : le mois dernier, un analyste américain de Citibank évoquait, dans une note à ses clients, une trajectoire qui permettrait au Bitcoin d'atteindre 318.000 dollars dans un an, dans une configuration où la crypto-monnaie viendrait déloger l'or comme valeur-refuge, ce qui serait déjà en partie le cas, de quoi expliquer les hausses régulières en période de crise, la pandémie de Covid-19 ayant aussi sa part d'explication. Chez les tenants des crypto-monnaies, on en vient à comparer les courbes du Bitcoin avec celles de l'or, après que son cours a été décorrélé du dollar en 1973.

Alors, le plus haut d'aujourd'hui n'est-il que le début d'un nouveau cycle de hausse ? Si la volatilité et l'intérêt croissant pour les crypto-monnaies sont bien réels, et en font un outil financier de plus en plus comparable aux autres, la réalité des chiffres témoigne du chemin qu'il reste à parcourir. À ce jour, après même sa hausse impressionnante, la valeur totale du Bitcoin passe à peine les 350 milliards de dollars. Un chiffre impressionnant... mais qui l'est moins si on le compare à la capitalisation des valeurs vedettes de la bourse américaine. La crypto-monnaie représente à ce jour moins d'un quart de la valeur d'Amazon, et moins d'un sixième de celle d'Apple.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : AstraZeneca prévient que ses livraisons ne pourront pas être aussi importantes que prévu

Comment la Chine se trouve de nouveau confrontée à l’épidémie, un an après son apparition

Covid-19 : le variant britannique pourrait être plus mortel, prévient Boris Johnson

Que sait-on de l'ivermectine dans le traitement du coronavirus ?

EN DIRECT - Impeachment : le procès en destitution de Donald Trump commencera la 2e semaine de février

Lire et commenter