Comment expliquer la baisse "en trompe-l'œil" du chômage au quatrième trimestre ?

Comment expliquer la baisse "en trompe-l'œil" du chômage au quatrième trimestre ?

TROMPEUR - Le taux de chômage a fortement reculé au quatrième trimestre 2020, revenant à son niveau d'avant-crise (8,1%), mais cette baisse est à relativiser du fait du deuxième confinement. Explications.

Cela équivaut à son niveau d'avant-crise (8,1%). Le taux de chômage a fortement reculé, à 8% au quatrième trimestre 2020 contre 9,1% au troisième, mais cette baisse est "en partie en trompe l'œil" selon l'Insee. Pourquoi ? "Disponibilité et recherche, ont été plus ou moins affectés par les limitations de circulation des personnes et par la perception que ces dernières avaient des possibilités offertes sur le marché du travail en cette période de crise sanitaire", détaille l'Institut.

Toute l'info sur

Coronavirus : l'impact économique de la pandémie

Or, pour être chômeur au sens du Bureau international du Travail (BIT), il faut avoir effectué une démarche de recherche d'emploi au cours des quatre dernières semaines et se déclarer disponible dans les deux semaines pour occuper un emploi. 

Un "effet confinement" de moins grande ampleur qu'au 2e trimestre

Certes, la baisse du chômage sur le trimestre provient d'abord de la hausse du taux d'emploi, lequel a continué de se redresser sur le trimestre (+0,6 point) même "si elle est à relativiser par le repli des heures travaillées par emploi". "Mais, comme au deuxième trimestre, la baisse du chômage est aussi pour partie 'en trompe-l'œil' : en raison du deuxième confinement, entre le 30 octobre et le 15 décembre, un nombre important de personnes ont basculé vers l'inactivité, faute notamment de pouvoir réaliser des recherches actives d'emploi dans les conditions habituelles", ajoute l'institut. 

Lire aussi

Dans le détail, le taux d'activité a diminué de 0,2 point sur le trimestre, et de 0,4 point sur un an. Chez les 15-24 ans, il a diminué de 0,9 point sur le trimestre, signe qu'un certain nombre d'entre eux ont préféré poursuivre des études ou ont renoncé à chercher un travail. 

Cet effet du confinement est cependant de moins grande ampleur qu'au deuxième trimestre, où le taux de chômage avait baissé à 7,1%. La baisse du taux de chômage sur le trimestre concerne toutes les catégories d'âge. Elle est plus prononcée pour les 15-24 ans (-3,6 points) que pour les 25-49 ans (-1,0 point) et les 50 ans ou plus (-0,4 point). Le taux de chômage se retrouve ainsi inférieur à son niveau un an auparavant pour les jeunes (-1,5 point) et quasiment au même niveau qu'un an avant pour leurs aînés (+0,1 point pour les 25-49 ans ; -0,1 point pour les 50 ans et plus).

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Covid-19 : pourquoi le nombre de jeunes en réanimation continue d'augmenter ?

La mort d'Olivier Dassault complique un peu plus la succession à la tête de l'entreprise familiale

Patrick J. Adams, le mari de Meghan dans "Suits", dénonce l'attitude "obscène" de Buckingham

Quelques heures avant l'interview de Harry et Meghan, la reine loue le "dévouement désintéressé"

EN DIRECT - Covid-19 en France : les patients en réanimation au plus haut depuis novembre

Lire et commenter