La prime Macron pourra être versée aux salariés gagnant jusqu'à trois fois le Smic

Les caissières de plus de 55 ans seront prioritaires à la vaccination dès samedi 24 avril pendant deux semaines.

CRISE SANITAIRE - Ce mercredi, le ministère a annoncé que les entreprises pourront verser la prime défiscalisée à leurs employés jusqu’à un salaire de trois Smic. Explications.

L'annonce était attendue. La prime défiscalisée d'un montant maximum de 1 000 euros, que les entreprises pourront verser à leurs salariés sera possible, comme en 2019 et 2020, jusqu'à un salaire de trois Smic, a précisé le ministère du Travail mercredi. La décision avait été annoncée mi-mars par Jean Castex, mais le niveau de salaire, qui restait à préciser, a été annoncé mercredi aux partenaires sociaux par le ministère, à l'occasion d'une réunion consacrée au "partage de la valeur". La rédaction de LCI revient en détail sur les modalités de cette prime Macron dont les origines remontent à 2018.

Toute l'info sur

Coronavirus : l'impact économique de la pandémie

Pour que les travailleurs dits de "deuxième ligne" bénéficient en priorité de cette prime, le plafond pourra être porté à 2 000 euros "si l'entreprise ou la branche s'engagent formellement à des actions de valorisation de ces travailleurs (accord de méthode au niveau de la branche ou de l'entreprise s'engageant à entreprendre des actions en ce sens)", selon le ministère. Le plafond de 2 000 euros pourra également bénéficier aux salariés dont l'entreprise est couverte par un accord d'intéressement en vigueur.

Afin de donner un délai de négociation suffisant au sein des entreprises, la prime pourra être versée jusqu'à début 2022. Le dispositif sera applicable rétroactivement pour les primes versées à partir du dépôt du projet de loi de finances rectificative, qui intégrera ces mesures à l'été. "La reconduction de cette prime exceptionnelle de pouvoir d'achat, qui avait bénéficié à près de 5 millions de salariés en 2019 et à plus de 6 millions en 2020, est une nouvelle mesure importante pour renforcer le pouvoir d'achat des Français face à la crise", s'est félicitée la ministre du Travail, Elisabeth Borne.

Lire aussi

Par ailleurs, le groupe de travail s'est penché sur les possibilités de faciliter le recours à la participation et à l'intéressement dans les entreprises de moins de 50 salariés pour développer l'épargne salariale. Une des propositions retenues consiste à faire passer de 11 à 50 salariés le seuil à partir duquel l'employeur peut établir l'intéressement de manière unilatérale, à défaut d'accord. Une autre permettrait à ces entreprises de moins de 50 salariés de conclure des accords sur la participation aux bénéfices allant au-delà de ce que prévoit le minimum légal, comme cela est possible pour les plus grandes entreprises.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

REVIVEZ - "The Voice All Stars" : Louis Delort, Manon, Anne Sila, Amalya, Terence et MB14 filent en finale

Covid-19 : "103%" de vaccinés à Paris, la preuve d'un "trucage" des chiffres ?

VIDÉO - Royaume-Uni : la désillusion des pro-Brexit face aux pénuries et au manque de main d’œuvre

Gare du Nord : un mort et un blessé dans un accident, des passagers bloqués une partie de la nuit

SONDAGE EXCLUSIF - Présidentielle 2022 : Le Pen, Zemmour et Bertrand dans un mouchoir de poche

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.