Le patron du Medef pas favorable au "télétravail obligatoire" qui provoquerait de troubles psychologiques

Le patron du Medef pas favorable au "télétravail obligatoire" qui provoquerait de troubles psychologiques

QUELLES CONDITIONS DE TRAVAIL ? - Le président du Medef Geoffroy Roux de Bézieux a plaidé pour le retour des salariés au bureau, soulignant les "troubles psychologiques" des travailleurs en période de confinement et couvre-feu liés à la pandémie de Covid-19.

Geoffroy Roux de Bézieux alerte sur les risques liés à la pratique du télétravail en entreprise. Le président du Medef espère que le gouvernement maintiendra la possibilité pour les salariés qui travaille à distance de revenir au bureau un jour par semaine en cas de durcissement des restrictions sanitaires. 

"Reconfiner ça veut dire quoi par rapport à ce qu'on a aujourd'hui ? On pourrait rendre le télétravail obligatoire. Moi, je n'y suis pas favorable", a déclaré Geoffroy Roux de Bézieux sur LCI. "On voit bien la limite de l'exercice. On a énormément de mal dans beaucoup d'entreprises à ce que les gens respectent les quatre jours sur cinq minimum" en télétravail, a-t-il ajouté.

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Les dernières infos sur l'épidémieA quel stade en est l'épidémie, département par département ?

Il souligne que des "troubles psychologiques" peuvent émerger chez des télétravailleurs "parce qu'au bout d'un mois, deux mois, trois mois tout seul dans un petit appartement devant Zoom ou devant une visioconférence ça crée des problèmes". "Le gouvernement pourrait supprimer ce jour de soupape. Si ça dure 15  jours, trois semaines, on tiendra le choc, mais si ça dure plus longtemps, je crains les ravages sur la santé mentale de nos collaborateurs", a-t-il poursuivi.

Des contrôles et sanctions renforcés

Interrogé sur la possible fermeture des établissements scolaires, qui implique pour certains parents de ne plus pouvoir travailler, le président du Medef a dit qu'il ne voulait "pas appeler" à garder les écoles ouvertes "parce que c'est une décision de médecin, une décision politique""Ce que je dis simplement, c'est que si on ferme les écoles, les conséquences économiques sont importantes. C'est une décision beaucoup plus  lourde que le télétravail", a-t-il surenchéri.

Au sortir du Conseil de défense ce mercredi 24 mars, Gabriel Attal a rappelé l'importance pour toutes les entreprises de déployer le télétravail "là où c'est possible". "Un grand nombre de contaminations surviennent sur les lieux de travail", plaidait-il. 

Lire aussi

Le gouvernement va durcir sa ligne pour faire respecter ces recommandations dans le milieu professionnel. "Nous allons renforcer les contrôles et sanctions pour les entreprises qui, manifestement, ne voudraient pas appliquer cette mesure là où c'est possible. Nous avons une exigence toute particulière vis-à-vis des administrations pour des raisons sanitaires, mais aussi d'exemplarité."

L'économie vous intéresse ? Alors, découvrez le podcast de l'émission "Lenglet Déchiffre"

Écoutez ce podcast sur votre plateforme d'écoute préférée !

Lenglet déchiffre donne la parole aux grands patrons, économistes ou intellectuels. Ils livrent leur vision de l’actu éco et répondent aux questions économiques du moment.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

42 jours au lieu de 28 entre deux doses de Pfizer et de Moderna : sur quoi se base Olivier Véran ?

Le vaccin Johnson & Johnson arrive ce lundi en France : ce qu'il faut savoir

Éruption de la Soufrière à Saint-Vincent : des milliers d'évacuations dans la panique

EN DIRECT - Le pic de la 3e vague atteint ? "Nous devons encore tenir", prévient Véran

Dîners clandestins : Brice Hortefeux plaide la bonne foi, Alain Duhamel se dit "piégé"

Lire et commenter