Covid-19 : vers une réouverture des remontées mécaniques cet hiver... sans pass sanitaire

Les remontées mécaniques font parler d'elles cette année. Mais comment faisait-on avant qu'elles soient installées dans nos montagnes ?

BONNE NOUVELLE - En déplacement jeudi à Chambéry, Jean-Baptiste Lemoyne a annoncé que les remontées mécaniques seraient bien ouvertes cet hiver. L'utilisation du pass sanitaire dans ces dernières n'est "pas à l'ordre du jour", a indiqué le secrétaire d'État au tourisme.

Ouf de soulagement pour les professionnels de la montagne. Lors de la clôture jeudi du Congrès des Domaines skiables de France, Jean-Baptiste Lemoyne a annoncé que le gouvernement n'avait pas prévu de fermer les remontées mécaniques cet hiver. "Il faut y aller tout schuss et on va faire une bonne saison. Il y a une envie de grand air, c'est l'occasion de reconquérir certaines clientèles éloignées du ski, notamment en France", a-t-il lancé. 

Toute l'info sur

Coronavirus : l'impact économique de la pandémie

Mieux, le pass sanitaire ne devrait pas non plus être requis. "Le pass sanitaire pour les remontées mécaniques n'est pas à l'ordre du jour", a indiqué le secrétaire d'État au tourisme, selon France Bleu Pays de Savoie. "Un projet de loi de vigilance sanitaire donnera plus de détails mi-octobre", a-t-il toutefois ajouté, tenant à conserver sous la main des outils "à déclencher au cas où". "Le droit ne prévoit pas à ce stade que le pass sanitaire soit demandé dans les remontées mécaniques donc je crois qu'il faut aujourd'hui s'inscrire dans ce cadre", a conclu Jean-Baptiste Lemoyne. 

Scepticisme chez les professionnels de la montagne

Malgré des réservations qui s'annoncent très bonnes après deux années plombées par le Covid-19, les stations de ski françaises hésitent encore à y croire et réclament des gages de visibilité au gouvernement. Une prudence qui s'explique par les coups durs subis depuis plusieurs mois et le "traumatisme" subi l'hiver dernier lorsque le gouvernement, après plusieurs rebondissements, avait finalement décrété de garder fermées les remontées mécaniques. 

"Nous étions tellement optimistes", se remémore Alex Maulin, président de Domaines skiables de France (DSF), qui représente les exploitants des 250 stations de ski françaises. Mais au final, ce fut "une année horrible : une saison blanche, une année noire", martèle-t-il. "Nous ne comprendrons jamais pourquoi nous avons été fermés", ajoute-t-il avec dépit. 

Lire aussi

"Près de 6 milliards d'euros ont été mobilisés par les pouvoirs publics jusqu'à présent pour accompagner la montagne française" et l'aider à surmonter la crise du Covid-19. "L'État a pris ses responsabilités", assène le ministre délégué chargé des PME Alain Griset. Ces fermetures ont "coûté 8 milliards d'euros à notre pays et elles ont fragilisé 400.000 emplois", a de son côté fustigé le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes Laurent Wauquiez. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Le permis à points est-il sans effet sur la mortalité routière ?

CARTE - Covid-19 : quels sont les départements où le nombre de cas augmente à nouveau ?

Texas : trois enfants abandonnés dans une "maison de l'horreur" avec le cadavre de leur frère

Ces propositions qu'Eric Zemmour emprunte au programme 2017 de François Fillon

Femme de ménage, j’ai plusieurs employeurs, lequel va me verser la prime de 100 euros ? Le 20H vous répond

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.