Déficit : la France vit à crédit depuis ce mardi et fait pire que la Roumanie

DirectLCI
DÉFICIT PUBLIC - Depuis de ce mardi 7 novembre, l’État français a dépensé toutes ses recettes de 2017 et vit donc à crédit jusqu'à la fin de l'année. L'une des pires situations européennes selon une étude de l'Institut économique Molinari.

C’est un rapport redouté par Bercy et pour sa troisième publication, l’étude de l’Institut économique Molinari révèle que le budget public français continue de se dégrader. Désormais l’État français vit à crédit 55 jours par an. En quatre ans, cette période s’est allongée de trois jours alors qu’en moyenne elle a diminué de seize jours pour les autres pays membres de l’Union Européenne.

La France championne européenne des dépenses

En moyenne les autres pays membres de l'UE épuisent leurs ressources le 6 décembre, soit 25 jours avant la fin de l'année. C'est quasiment sept jours plus tard que l'année précédente. Une amélioration significative alors que la France continue, elle, à s’enfoncer dans le rouge avec 55 jours en 2017, soit un jour de plus qu'en 2016.


Bercy est désormais le champion des déséquilibres au sein l'UE, devant l'Espagne (50 jours) et la Roumanie (48 jours). L'écart se creuse de plus en plus entre la France et le reste de l'UE avec désormais 29 jours d'écart avec la moyenne des autres pays contre 22 jours l'année précédente.


Parmi les 28 administrations centrales de l'UE, quatre sont en situation excédentaire. La Suède et l'Allemagne étant les meilleures élèves avec respectivement des excédents équivalents à 20 jours et 7 jours de dépenses.

Un déficit qui se creuse depuis 2014

Selon l'étude publiée aujourd'hui, ces contre-performances s’expliquent par l’incapacité française à rééquilibrer durablement les comptes suite à la dernière crise économique. Alors que les administrations centrales de l’UE ont profité des sept dernières années pour résorber leurs déficits, celui de la France continue de se dégrader. Le déficit de l’administration centrale française est reparti à la hausse depuis 2014, au rythme d’un jour non financé en plus par an, tandis qu’en moyenne l’UE résorbait ses déficits de 5 jours par an.

Plus d'articles

Sur le même sujet