Difficultés de recrutement : les patrons sous pression pour augmenter les salaires

Geoffroy Roux de Bezieux, le président du Medef.

Malgré la crise sanitaire, l'économie repart bel et bien. Mais des obstacles se dressent sur la route de la reprise : il faut désormais composer avec une pénurie de matières premières et de main-d’œuvre. Et les salaires pourraient bien en profiter.

L'embellie de l'économie française fait craindre des difficultés de recrutement, créant une situation qui pourrait pousser les salaires à la hausse, selon le Medef, qui a fait sa rentrée mercredi. "La plupart des indicateurs sont au vert", a affirmé son président Geoffroy Roux de Bézieux, dans son discours introductif à la Rencontre des entrepreneurs de France (La REF).

Devant les patrons réunis à l'hippodrome parisien de Longchamp, il a salué "la réactivité du gouvernement pour soutenir l'économie" pendant la crise sanitaire et a remercié pour son action le ministre de l'Économie Bruno Le Maire, sous des applaudissements nourris.

Mais selon le patron de l'organisation patronale, "le plus grand danger pour l'économie française aujourd'hui ce sont d'un côté les pénuries de matières premières et surtout les difficultés à recruter".

Il y aura forcément des augmentations de salaires assez significatives - Geoffroy Roux de Bézieux

Au vu de ces difficultés, particulièrement fortes dans les services, dont la restauration, l'hôtellerie et le bâtiment, Geoffroy Roux de Bézieux estime qu'"il y aura forcément des augmentations (de salaires) assez significatives l'année prochaine", alors que les négociations salariales se déroulent en général en début d'année. Mais avec de telles hausses, "derrière ce sont les prix qui vont augmenter".

Devant les entrepreneurs, M. Le Maire a rappelé pour sa part que la France était pour 2021 sur une trajectoire de 6% de croissance, et que le niveau d'activité de l'avant-crise devrait être retrouvé d’ici à la fin de l'année. Cette "croissance doit profiter à tous, tous sans exception notamment les salariés les plus modestes, notamment ceux qui ont des emplois à temps très partiel, notamment ceux qui ont les niveaux de qualification les plus faibles", a-t-il affirmé.

Pour les Français qui exercent des métiers difficiles, "je ne lâche rien, nous devons ouvrir ce débat", a-t-il assuré.

Il a toutefois estimé qu'il s'agissait d'"un défi qui est très difficile, parce qu'on sait bien que si on est trop brutal (en terme de hausse de salaires, NDLR), on a un risque de voir augmenter à nouveau le chômage", rappelant au passage les mesures déjà en place comme la prime d'activité, la participation et l'intéressement.

Aides sur mesure

Le secrétaire général du syndicat Force Ouvrière, Yves Veyrier s'est félicité de voir le sujet s'imposer: "la question des salaires va être une question que l'on va mettre au centre de cette rentrée", a-t-il prévenu sur RMC. Le syndicaliste a noté "un changement de discours", qui "va dans le bon sens", alors qu'"on nous disait tout le temps le salaire est l'ennemi de l'emploi".

Pour lui "deux moyens d'agir" : le Smic d'une part, qui "a le mérite d'augmenter immédiatement les bas salaires et de donner une dynamique aux négociations de salaires dans les branches", et "l'indice de la rémunération de base des fonctionnaires, gelé depuis plus de dix ans", d'autre part. Pour M. Roux de Bézieux, la difficulté des entreprises à recruter est "structurelle".

La réforme de l'assurance-chômage espérée par les patrons

Il a ainsi rappelé que "la France est le seul pays de l'OCDE où le taux de chômage structurel est au-dessus de 7%", tandis que le taux d'emploi des personnes en âge de travailler était de 66%, contre 76% en Allemagne, au premier trimestre 2021.

Aussi le Medef espère-t-il une mise en place de la réforme de l'assurance-chômage au 1er octobre, qui pourrait inciter davantage de chômeurs à reprendre un emploi, selon son président. "Il me semble que les conditions sont remplies" pour que la réforme puisse entrer en vigueur à cette date, a répondu Bruno Le Maire.

Vu l'amélioration de la situation économique, "le quoi qu'il en coûte, c'est fini", a enfin martelé le ministre, tout en précisant que le pays était en réalité "déjà sorti" des programmes d'aides à l'ensemble des secteurs économiques.

Certaines aides "sur mesure" pour le monde de la culture, les restaurateurs, les hôteliers ou encore le tourisme devraient toutefois être maintenues suite à une réunion qui doit se tenir lundi à Bercy, à l'occasion de laquelle les effets du pass sanitaire sur ces secteurs seront évalués.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

L'Australie avait de "profondes et sérieuses réserves" concernant les sous-marins français, riposte son gouvernement

EN DIRECT - Crise des sous-marins : après son rappel des États-Unis, l'ambassadeur français reçu ce soir par Macron

EN DIRECT - Covid-19 : l'ONU appelle à ce que 70% de la population mondiale soit vaccinée mi-2022

Hautes-Pyrénées : un mort et deux blessés graves lors d'une rixe entre bikers à Tarbes

"Cet épisode va laisser des traces" : après la crise des sous-marins, la France peut-elle quitter l'Otan ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.