EDITO. Retraites complémentaires : des négociations mal engagées

ÉCONOMIE
EDITO. Les négociations sur les retraites complémentaires Argic et Arcco sont mal engagées et pourtant les deux caisses complémentaires sont au bord de la catastrophe. Patronat et syndicats n'ont pas la même approche. Le Medef avance des propositions qui ne passent pas : faire cotiser plus longtemps les salariés. En face, chacun avance ses pions.
Lire et commenter