Émoussé par la crise sanitaire, Heineken annonce la suppression de 8000 postes

Heineken a annoncé le 10 février 2021 la suppression de 8000 postes dans le monde en raison de la crise économique liée à la pandémie de Covid-19.

CRISE - Le brasseur néerlandais Heineken a annoncé la restructuration de son groupe ce mercredi, lors de la présentation de ses résultats annuels. Il espère ainsi réaliser 2 milliards d'euros d'économies d'ici 2023.

Avec la fermeture des bars, des restaurants, et les couvre-feux instaurés dans certains pays, la bière ne coule plus à flots chez Heineken. Lors de la présentation de ses résultats annuels, le brasseur néerlandais a annoncé la suppression prochaine de 8000 postes dans le monde, y compris à son siège à Amsterdam. Le groupe compte à l'heure actuelle 85.000 salariés. 2020 a été "une année de rupture et de transition sans précédent" pour Heineken, a justifié le PDG, Dolf van den Brink.

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Les dernières infos sur l'épidémieA quel stade en est l'épidémie, département par département ?

Un chiffre d'affaires en recul de près de 20%

En 2020, moins de 30% des points de vente de boissons Heineken étaient actifs en Europe, en particulier fin janvier. Pour soutenir ses revendeurs dans la crise, le groupe a financé leurs stocks, repoussé leurs échéances de paiement et les a aidés à se mettre à la vente en ligne. Lourdement affaibli, le n°2 mondial de la bière a essuyé une perte nette supérieure à 200 millions d'euros en 2020 avec des volumes en repli de 8% environ et un chiffre d'affaires de 19,7 milliards (-18%).

Et alors qu'une embellie tarde à venir, le brasseur préfère prendre les devants. "La pandémie de Covid-19 et les mesures gouvernementales continuent à avoir un impact sur nos marchés et notre activité", a résumé le brasseur dans un communiqué, dévoilant un nouveau plan visant à redresser la barre ces trois prochaines années.

Une économie 2 milliards d'euros espérée

La direction veut réaliser deux milliards d'euros d'économies d'ici 2023. Pour y arriver, Heineken compte réduire sa gamme et accentuer le développement de ses marques haut de gamme et de la bière blonde sans alcool. Le groupe veut également devenir le leader de la vente de bière en ligne.

Le numéro deux mondial de la bière s'appuie aussi sur une amélioration progressive des conditions du marché en 2021 et 2022, avec la réouverture des bars et des restaurants en Europe. Grâce à cette stratégie, baptisée "Evergreen", Heineken compte même afficher une croissance supérieure à celle enregistrée en 2019, avec une croissance de 17% de sa marge d'exploitation hors exceptionnels d'ici 2023, contre 12,3 % l'année dernière et 16,8 % en 2019.

Lire aussi

En mai dernier, les Brasseurs de France avaient annoncé qu'au moins 10 millions de litres de bière allaient être détruits faute de pouvoir être consommés à temps. Si cela semble peu de choses au regard des 22,5 millions d'hectolitres qui devaient être produits pour 2020, ils représentent néanmoins plusieurs millions d'euros de pertes pour des brasseurs parfois fragiles financièrement.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Covid-19 : pourquoi le nombre de jeunes en réanimation continue d'augmenter ?

Patrick J. Adams, le mari de Meghan dans "Suits", dénonce l'attitude "obscène" de Buckingham

Quelques heures avant l'interview de Harry et Meghan, la reine loue le "dévouement désintéressé"

La mort d'Olivier Dassault complique un peu plus la succession à la tête de l'entreprise familiale

EN DIRECT - Covid-19 en France : les patients en réanimation au plus haut depuis novembre

Lire et commenter