En baisse sévère en 2020, l'emploi salarié paye le prix de la pandémie

Avec un emploi salarié en baisse de 1,6%, la France connaît son choc le plus sérieux depuis la crise de 2O08

CONTRECOUP - Avec plus de 300.000 emplois perdus en France en 2020, le secteur privé connaît sa pire année depuis plus de dix ans. Et si les derniers mois esquissent une courbe tendant vers la reprise, celle-ci ne concerne pas tous les secteurs.

320.200 emplois salariés détruits en 2020, c'est l'estimation définitive publiée aujourd'hui par l'Insee. Une baisse sensible, mais attendue, après une année de crise sanitaire, et face à une crise économique dont on peine encore à prédire la fin, ou la sévérité exacte. 

Dans le détail, au quatrième trimestre, l'emploi du privé a légèrement diminué (28.200 destructions nettes) sous l'effet du deuxième confinement, après un net rebond à l'été (+1,7%, soit 333.900 créations nettes au 3e trimestre), insuffisant pour effacer la forte baisse du premier semestre.

Toute l'info sur

Coronavirus : l'impact économique de la pandémie

C'est dans le secteur marchand que la situation est la plus préoccupante. Avec 0,8% d'emplois en moins au 4e trimestre, la courbe inverse l'embellie (à 1,4%) du trimestre précédent. Surtout, ces chiffres moyens du secteur cachent certaines pertes bien plus importantes. Plus cruellement touchée, l'hôtellerie-restauration, qui a perdu 52.000 emplois (-4,9%), suivi par les services aux ménages, à -2,5% pour 32.500 emplois perdus. Sur un an, le secteur au global aura vu disparaître près de 284.000 emplois, la première baisse annuelle depuis 2009, suite à la crise financière. 

Lire aussi

En Haute-Garonne, l'aéronautique a perdu 10% de ses emplois

Dans l'industrie, l'emploi baisse de nouveau : −0,4% (soit −13.500 emplois) après −0,2% au trimestre précédent. Sur un an, la baisse atteint −1,8% soit −57.500 emplois. C'est la plus forte baisse annuelle depuis 2010. Là encore, la courbe lissée toutes industries confondues masque des réalités plus inquiétantes dans certains secteurs et certaines régions. Ainsi, la filière aéronautique en Haute-Garonne, où siègent Airbus et de nombreux sous-traitants, a perdu près de 10% de ses effectifs salariés et 33% de son chiffre d'affaires en 2020, conséquence directe de la pandémie mondiale, selon les chiffres dévoilés ce mardi par la CCI et la Banque de France. Un "choc violent" dans le secteur aéronautique qui fait de l'Occitanie la région de France la plus touchée au niveau industriel, avec un recul de 16% du chiffre d'affaire des entreprises.

En vidéo

Emploi : les cadres n'ont plus la cote

Pour autant, les chiffre de l'Insee donnent aussi des motifs d'espoir. Ainsi, au 4e trimestre 2020, l'intérim, véritable boussole du marché de l'emploi, a continué de se redresser : +5,1% (+36.700 emplois) après +22,9% et +22,8% aux deuxième et troisième trimestres. Mais cela ne compense pas la chute historique du premier trimestre (−40,3%). L'emploi reprend aussi dans la construction (+2,2% en un an), dans le secteur de la santé (2,8%), et même dans la fonction publique (+0,6% sur tout 2020).

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

CARTE - Covid-19 : quelle est la situation épidémique dans votre département ?

EN DIRECT - La pandémie est à un "point critique", les infections croissent de manière exponentielle, avertit l'OMS

Pourra-t-on se déplacer normalement cet été ?

Covid-19 : la Chine remet en cause l'efficacité de ses propres vaccins

"Crétin de fils de ..." : Donald Trump s’en prend violemment au chef des républicains au Sénat

Lire et commenter