Enrichi ou ruiné : où en est la fortune de Donald Trump ?

Face à un avenir politique assombri, Donald Trump aurait aussi vu sa fortune personnelle baisser pendant ses quatre ans de mandat.

MINI-CRACK - Si la révélation de son dossier fiscal a levé un coin du voile sur la fortune réelle du bientôt ex-président, il apparaît que le temps passé à la Maison-Blanche n'a pas été une bonne affaire pour ses sociétés.

"I'm very rich", se plaisait à répéter Donald Trump dans ses meetings électoraux de 2016. Une affirmation rarement détaillée depuis, par celui qui avait d'abord promis de publier ses feuilles d'impôts une fois élu, avant de se raviser sous plusieurs prétextes successifs. De quoi susciter nombre de soupçons sur l'état réel de sa fortune, mais aussi sur les sources des revenus de la Trump Organization, qui chapeaute toutes les activités de la dynastie familiale. Des doutes étayés par l'histoire d'un Donald Trump qui dans les années 80 n'avait pas attendu d'être devenu milliardaire pour le clamer haut et fort. "Very rich", il le serait pourtant encore, plus qu'on a pu le croire à un moment, mais bien moins qu'il y a quatre ans. 

Toute l'info sur

Donald Trump visé par une deuxième procès

Avec la fuite de son dossier fiscal dans la presse il y a quelques mois, les estimations de la fortune du président américain se sont largement affinées. Selon le magazine Forbes, qui dresse la liste des grandes fortunes aux États-Unis, Donald Trump était en 2016 à la tête d'actifs valant autour de 3,7 milliards de dollars. Une estimation rabaissée aujourd'hui à 2,5 milliards de dollars "seulement", ce s'expliquerait par la crise économique née de la pandémie, pour un empire largement bâti sur le tourisme et le divertissement. 

Une fortune par ailleurs grevée par nombre d'hypothèques et de biens engagés en garantie, à tel point que le New-York Times se posait la question en septembre dernier : "Donald Trump est-il vraiment milliardaire ?", alors que des documents de l'administration des impôts révélaient que son organisation avait payé 750 dollars (600 euros environ) d'impôts pour l'année 2018, du fait d'activités déjà déficitaires avant la survenue de la pandémie.

La marque "Trump", désormais "toxique"

Depuis quarante ans, le plus gros atout de Donald Trump, c'est son nom, sa marque, plastronnée au fronton de ses immeubles, ses hôtels, ses parcours de golf, son école de commerce, jusqu'à des lignes de prêt-à-porter et même à de la literie. "C'était une marque commerciale" à succès, "symbole du luxe", de richesse et de réussite, souligne Melissa Aronczyk, professeur en communication à l'université de Rutgers dans le New Jersey. Avant qu'il ne devienne président, "la marque Trump était très puissante". À tel point que nombre des hôtels affichant le nom de Donald Trump ne sont en fait qu'exploités sous licence. 

Mais les quatre ans de mandat Trump, marquées par des prises de position extrêmes, et surtout les dernières semaines entachées par l'assaut du Capitole par ses fervents partisans, ont rendu périlleuses les affaires de la dynastie. La marque Trump est devenue "toxique" car associée au chaos, au racisme, résume Tim Calkins, professeur de marketing à la Kellogg School of Management de l'université Northwestern, dubitatif sur le repositionnement de la marque tant les dégâts sont importants.

Lire aussi

En vidéo

LCI PLAY - Il quitte la Maison Blanche ce 20 janvier : quel bilan pour Donald Trump ?

Un diagnostic qui s'est vérifié ces derniers jours, au fur et à mesure de la désaffection de certains grands clients de la Trump Organization. Signature Bank a commencé à fermer des comptes du président, selon une porte-parole, tandis que la Deutsche Bank ne veut plus faire affaire avec lui, selon des médias américains. 

À New York, le maire démocrate a mis fin aux contrats qui permettaient à la Trump Organization de gérer des attractions de Central Park et un terrain de golf du Bronx. Le championnat de golf PGA 2022 n'aura pas lieu au Trump National à Bedminster (New Jersey). "Notre marque était en jeu", avait argué la semaine dernière Seth Waugh, directeur général de l'instance organisatrice. Et s'il est difficile d'estimer précisément ce que coûteront à l'entreprise tant la pandémie que les événements du Capitole, une certitude demeure : le groupe traîne une dette de quelque 400 millions de dollars. "Un minuscule pourcentage de ma fortune nette", proteste Donald Trump, toujours sans donner de chiffre.

Découvrez le podcast Far West

Écoutez le podcast votre plateforme d’écoute préférée :

Sur APPLE PODCAST 

Sur SPOTIFY

Sur DEEZER

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Épidémie "préoccupante", restrictions locales : le gouvernement change de ton

EN DIRECT - 31.519 cas de Covid-19 recensés en 24 heures, du jamais vu depuis novembre dernier

Les patients hospitalisés pour Covid de plus en plus jeunes : comment l'expliquer ?

CARTE - Covid-19 : où en est l'épidémie dans votre département ?

Covid-19 : quels sont les départements où la situation est "très préoccupante" ?

Lire et commenter