Étudiants disparus au Mexique : des suspects avouent les meurtres

ÉCONOMIE
MYSTÈRE – Trois suspects ont avoué avoir tué les 43 étudiants mexicains, disparus depuis la fin du mois de septembre, a annoncé vendredi le ministre mexicain de la Justice.

Cela faisait plusieurs semaines que les 43 étudiants avaient disparu, mais l’espoir perdurait. Jusqu’à l’annonce, ce vendredi, du ministre mexicain de la Justice, Jesus Murillo Karam qui a expliqué que des membres présumés d'un groupe criminel ont avoué avoir les tués.

Depuis la fin du mois de septembre, les autorités mexicaines sont à la recherche de ces étudiants disparus après l'attaque dont ils ont été victimes, le 26 septembre, alors qu'ils s'étaient emparés de plusieurs bus à Iguala, dans l'Etat de Guerrero, au sud du pays.

La police locale mise en cause

Au cours de l’enquête, 74 personnes ont été arrêtées. Parmi ces détenus, trois membres présumés des Guerreros Unidos, un groupe criminel, ont avoué que les étudiants ont été tués après avoir été livrés par des policiers municipaux entre les villes d'Iguala et de Cocula.

Les étudiants auraient été tués et leurs corps brûlés pendant près de 14 heures, dans une décharge proche de Cocula, avant que leurs restes ne soient déversés dans une rivière, rendant difficile le travail d’identification des corps.

Les parents des étudiants refusent d’y croire

De leur côté, les parents des étudiants disparus refusent de croire à la mort de leurs enfants, faute de preuves, et rejettent les aveux des criminels présumés. "Tant qu'il n'y a pas de preuves, nos enfants sont vivants", a déclaré Felipe de la Cruz, porte-parole des parents. 

Dans cette affaire, José Luis Abarca , maire d'Iguala jusqu'à la disparition des étudiants, est l'un des principaux suspects. Il a été arrêté mardi.

LIRE AUSSI >>  Que sait-on de la disparition des 43 étudiants ?

Sur le même sujet

Lire et commenter