Faire ses courses au marché pour manger plus sainement ? L’avis d’une diététicienne

DirectLCI
INTERVIEW – Qu’ils soient issus de l’agriculture biologique ou non, les aliments que l’on trouve sur les marchés sont souvent réputés avoir plus de goût, et être dotés d’une meilleure densité nutritionnelle. En bref, être meilleur pour la santé. A tort ou à raison ?

Le jour où elle a décidé de "Manger mieux", Roxane Pierson, diététicienne à Bordeaux s’est instinctivement dit qu’elle allait prendre le temps d'aller au marché pour dénicher de bons produits. Après plusieurs mois d’investigation passés à comparer la qualité des étals de plein air à ceux des supermarchés, elle a dû se rendre à l’évidence : la réalité est plus nuancée qu’il n’y parait, voire clairement fantasmée. Elle revient sur son expérience pour LCI.fr.

Journaliste : Est-ce justifié de dire que les produits que l’on trouve sur les marchés sont meilleurs que les autres ?

Roxane Pierson : C’est ce dont est persuadée une partie de ma patientèle qui se rend au marché précisément dans le but de manger sain, de manger mieux. Je l’étais un peu moi-même quand j’ai décidé d’aller au marché plus qu’au supermarché. Puis rapidement, ça a été la douche froide : ne portant pas le même regard sur les étals que la plupart des clients, j’ai sans doute vu des choses que d’autres ne voient pas. Finalement, plutôt que d’opposer marché et supermarché, l’important, c’est de prendre le temps de s’intéresser à la provenance et à la saisonnalité. Donc le choix du produit importe évidemment plus que le lieu où l’on achète. Dire que les produits du marché sont meilleurs peut être recevable d’un point de vue gustatif, si l’on se cantonne à acheter chez de petits producteurs, principalement des produits de saison ou "maison". D’un point de vue nutritif, c’est moins évident.

Journaliste : Vous parlez de "douche froide", qu’est-ce qui vous a interpellé en premier lieu quand vous avez commencé à comparer ?

Roxane Pierson : Justement, j’ai été surprise de voir que sur les marchés, les étals des petits producteurs avec essentiellement des produits de saison sont souvent en minorité par rapport aux étals immenses avec de la variété, certes, mais des produits pour l’essentiel hors saison. Dans ce cas, aller au marché pour manger plus sain est un leurre, car on retrouve plus ou moins les mêmes produits que dans les supermarchés. J’ai mené mon investigation pendant quelques mois pour comparer la qualité de ce que je trouvais chez les producteurs locaux, chez ces revendeurs, et au supermarché.

Journaliste : Et donc, d’un point de vue diététique, y a-t-il un intérêt à consommer des produits locaux ou de saison ?

Roxane Pierson : Il existe peu d’études sur le sujet, mais il est reconnu que plus le temps de transport est long, plus les fruits et légumes par exemple perdent de leurs qualités nutritives. De même, il semble évident qu’un produit issu de l’agriculture intensive boosté aux engrais pour grandir plus vite, et surtout hors saison, est moins qualitatif d’un point de vue nutritionnel : moins riche en minéraux et vitamines. A fortiori, un produit qui respecte la saisonnalité compte normalement moins de résidus de pesticides, car il a eu a besoin de moins d’aide pour pousser.

Journaliste : Pensez-vous à des cas précis où il n’y a pas toujours de sens à privilégier à tout prix les produits du marché ?

Roxane Pierson : Les œufs sont un bon exemple pour illustrer une éventuelle différence d’apports selon le mode de production, car, de l’alimentation de la poule, découle la valeur nutritionnelle de l’œuf. Les œufs de poule nourries aux graines de lin sont par exemple reconnus être plus riches en oméga 3. Or, on en trouve aussi bien sur le marché qu’au supermarché (filière Bleu-Blanc-Cœur), à la différence près qu’en termes de transparence et d’informations, tout figure sur l’étiquette dans un cas alors qu’il faut poser la question dans l’autre. Une fois de plus, le lieu où l’on achète n’a pas vraiment d’importance. Autre exemple parlant : celui du bio. Pour rappel, il existe le bio produit en France, celui produit dans l’UE, et celui produit hors UE. On peut se demander s’il est pertinent par exemple d’acheter du bio produit hors UE sur le marché dans l’optique de manger plus sain. D’une part, parce que j’ai du mal à penser qu’on ait un regard aussi précis sur le bio produit hors UE que celui produit en France, mais aussi pour les raisons que l’on évoquait tout à l’heure, liées au temps de transport pouvant impacter sur les qualités nutritives. A choisir, il vaut mieux privilégier les petits producteurs qui n’ont pas toujours l’appellation parce qu’elle est très compliquée à obtenir, mais dont la façon de cultiver peut s’avérer parfois irréprochable.

Journaliste : Pour résumer, avez-vous quelques conseils pour faire son marché dans l’optique de manger plus sain ?

Roxane Pierson : Après ce qu’on vient de ce dire, je pense que la clé, c’est finalement de se renseigner, d’avoir au moins la curiosité de la saisonnalité et de la provenance de ce que l’on achète. Quitte parfois à pousser un peu le vice si le prix nous semble un peu élevé, pour savoir s’il s’agit vraiment d’un produit local ou "maison". Combien de personnes se contentent de payer parfois le double au marché qu’au supermarché parce qu’elles s’imaginent à tort que c’est frais, local ou "fait maison" ? Finalement, il n’y a pas tant de personnes que cela qui discutent et posent des questions aux marchands. Quand on le fait, on sait assez vite, si la personne répond naturellement sans sourciller, que l’on ne fait pas fausse route.

OPÉRATION VOTRE PLUS BEAU MARCHÉ : À VOUS D’ÉLIRE LE PLUS BEAU MARCHÉ DE FRANCE

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter