Forte baisse mensuelle du chômage : pourquoi les chiffres jouent-ils aux montagnes russes ?

ANALYSE - Après un mois d'août catastrophique, le nombre de demandeurs d'emploi inscrits en catégorie A a fortement diminué en septembre, selon les chiffres publiés mardi. Comment expliquer une telle irrégularité des statistiques ? LCI fait le point avec Bruno Ducoudré, économiste à l'OFCE.

La baisse de septembre est aussi spectaculaire que la flambée du mois d'août. Après avoir enregistré 50.200 chômeurs en plus (soit + 1.4%) le mois précédent, Pôle Emploi a annoncé mardi une diminution radicale du nombre de demandeurs d'emplois inscrits en catégorie A. En septembre, 66.300 personnes sont sorties de cette catégorie, ce qui représente une baisse de 1.9%, du jamais vu sur un mois depuis... 1996. En jouant les montagnes russes, les chiffres mensuels donnent le tournis et échappent aux interprétations. Comment expliquer ces rebonds ?

Les règles d'actualisation font fluctuer les statistiques

Ces changements brutaux ont tout d'abord une raison technique : les règles touchant à la "cessation d'inscription pour défaut d'actualisation", modifiées depuis janvier 2016. Quand un demandeur d'emploi n'actualise pas sa situation, il est ainsi sorti automatiquement des listes jusqu'à ce qu'il mette son dossier à jour. Or, "le nombre de jours ouvrés pour effectuer l'actualisation dans la période établie par Pôle Emploi varie chaque mois", explique à LCI Bruno Decoudré, économiste à l'Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE). En août, les demandeurs d'emploi ont par exemple eu 14 jours pour actualiser leur situation, contre seulement 12 en septembre. Ce qui peut expliquer une partie de ces variations. "L'écart peut paraître faible, mais quand 5 millions de personnes ont à actualiser leur situation, c'est beaucoup", souligne l'économiste. 

La conjoncture et le plan "500.000 formations" se font sentir

Pour expliquer les mauvais chiffres du mois d'août, le ministère du Travail s'était appuyé sur la conjoncture touristique très mauvaise de l'été 2016, notamment après les attentats de Nice. En septembre, les statistiques du chômage sont probablement sensibles à la "montée en charge" du plan gouvernemental visant à faire passer les formations de 500.000 à 1 million de demandeurs d'emplois. Les chômeurs en formation passent en effet automatiquement de la catégorie A à la catégorie D. Celle-ci est de son côté logiquement en hausse. "En nous appuyant, non sur les chiffres de Pôle Emploi, mais sur ceux du Bureau international du travail (BIT), nous avons estimé l'impact de ce plan de formation à l'équivalent d'une baisse de 0.1% du chômage d'ici à la fin 2016", note Bruno Ducoudré. Ce qui reste donc pour l'heure marginal. 

Sur le long terme, la tendance est bonne

A l'OFCE, les économistes se montrent plutôt méfiants sur l'interprétation des statistiques mensuelles de Pôle Emploi, précisément parce qu'elle sont très irrégulières. "Nous privilégions les tendances sur six mois ou un an", précise Bruno Ducoudré. Qu'en est-il sur ce point ? "La tendance de fond, c'est que le chômage diminue depuis le troisième trimestre 2015, sous l'effet du plan de formation, du CICE ou encore de la prime à l'embauche." Et bien sûr de la reprise de l'activité économique depuis 2015 qui commence à avoir des effets concrets sur le marché du travail.

Une mauvaise surprise pour octobre ?

Si le chômage mensuel a donc diminué en septembre, rien ne garantit pour autant qu'il poursuivra sa baisse en octobre, pour les raisons techniques citées plus haut, et car, comme le signale l'économiste, "nous ne sommes jamais à l'abri d'un retournement de conjoncture". Toutefois, le nombre de jours ouvrés pour effectuer l'actualisation en octobre devrait être encore plus bas. Cela devrait logiquement contribuer à faire baisser à nouveau le nombre de demandeurs d'emplois inscrits. En outre, à plus long terme, "nous prévoyons une baisse du chômage jusqu'à la fin de l'année 2016, qui se prolongerait en 2017, mais plus lentement", révèle Bruno Ducoudré. Un enjeu crucial en année électorale. 

En vidéo

VIDÉO - Chômage : 66.300 demandeurs en moins en septembre, une baisse record

En vidéo

VIDÉO - "Il y a inversion de la courbe du chômage", se félicite Sébastien Denaja, député PS

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La baisse du chômage, promesse risquée de Hollande

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter