Gaz, ampoules halogènes, sécu étudiante... : tout ce qui change ce 1er septembre 2018

ECONOMIE
RENTRÉE - Comme à chaque rentrée, de nouvelles lois et de nouveaux tarifs s'appliquent... Voici ce qui change, à partir du samedi 1er septembre. Au programme : néonicotinoïdes, gaz, sécu étudiante...

Gaz, ampoules halogènes, assiette de cotisation sociale ou encore néonicotinoïdes... Cette rentrée 2018-2019 pourrait impacter, en partie, votre porte-monnaie. Voici pourquoi. 

Une hausse du tarif du gaz

Sur le plan énergétique, les tarifs du gaz vont augmenter, hors taxes d'Engie. Après deux hausses successives entre juillet et août, les prix devraient cette fois grimper en moyenne de 0,9% par rapport au mois d'août. Concrètement, cette hausse est de 0,3% pour ceux qui utilisent le gaz pour la cuisson, de 0,5% pour ceux qui ont un double usage cuisson et eau chaude et de 0,9% pour les foyers qui se chauffent au gaz, indique la Commission de régulation de l'Energie. 

Dites adieu aux ampoules halogènes

A partir de samedi, il ne vous sera (quasiment) plus possible de vous procurer des ampoules halogènes : elles laisseront place aux LED. Les stocks chez les distributeurs pourront cependant être écoulés. Deux modèles d'halogènes (R7s et G9) bénéficieront en outre d'une exemption. Le Bureau européen de l'environnement a salué ce retrait : "Une excellente nouvelle pour les consommateurs et pour l'environnement". Il a calculé qu'une lampe halogène revenait 6,3 fois plus cher en consommation qu'une LED.

La fin du régime de la Sécu étudiante

A compter de ce samedi, les étudiants seront rattachés automatiquement au régime général. Ils n'auront donc plus à acquitter les 217 euros de cotisation à la Sécu. Si vous êtes étudiants, vous continuerez d'être affiliés à votre régime de protection sociale actuel, le plus souvent celui de vos parents (régime général, régime agricole ou autres régimes spéciaux), et n'aurez aucune démarche particulière à effectuer.


L'Assurance maladie vous recommande néanmoins de créer un compte Ameli (via le site ameli.fr ou l'application mobile), de mettre à jour de vos informations personnelles et d'envoyer d'un relevé d'identité bancaire (RIB) à votre caisse primaire d'Assurance maladie pour recevoir les remboursements.

La fin des néonicotinoïdes

Après des années de controverses, les pesticides néonicotinoïdes seront bannis à partir de ce samedi en France, une interdiction destinée à protéger les colonies d'abeilles en déclin mais dénoncée par les agriculteurs qui réclament du temps pour développer des alternatives. Trois d'entre elles font déjà l'objet de restrictions par l'UE. Les insecticides concernés sont le clothianidine, le thiaméthoxame et l'imidaclopride, objet de restrictions depuis 2013. La France a ajouté, dans le cadre de la loi biodiversité de 2016, le thiaclopride et acétamipride. 


Cependant attention, des dérogations sont possibles mais elles seront effectuées au cas par cas jusqu'au 1er juillet 2020. Elles ne seront délivrées que pour des produits à base d'acétamipride, et dans de "faibles volumes", assure le ministère de la Transition écologique. 

En vidéo

L'Europe interdit trois pesticides néonicotinoïdes pour préserver les abeilles

Les bases de calcul des cotisations sociales harmonisées

L'assiette de la contribution sociale généralisée (CSG) deviendra l'assiette de référence pour l'ensemble des cotisations sociales, notamment celles de sécurité sociale, applicable aux salariés, en vertu d'une d'ordonnance du 12 juin dernier. Cette modification ne devrait néanmoins pas avoir d'effet sur les niveaux de prélèvements sur les assurés et les cotisants. 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La présidence Macron

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter