Gel : Jean Castex annonce un fonds d'un milliard d'euros pour les agriculteurs

La vague de gel des derniers jours a causé des dégâts considérables dans les vignes et vergers. Le principal syndicat agricole estime à deux milliards d'euros le manque à gagner pour la viticulture. Qui va payer cette lourde facture ? Reportage.

SAUVETAGE - Après un épisode de forte chaleur début avril, le gel est venu détruire des centaines de milliers d'hectares de récoltes en France. Viticulture, arboriculture, une "catastrophe" selon les mots du chef de gouvernement.

S'il n'y avait la pandémie, la catastrophe agricole française de ces deux dernières semaines monopoliserait sans doute l'actualité. Au moins des centaines de milliers d'hectares de cultures dans tout le pays ont été dévastés par le gel. Des pertes qui vont se chiffrer sans doute en milliards d'euros pour les différentes filières et dont on attend encore les estimations définitives des dégâts.

"L'État doit être à la hauteur de cette catastrophe. À situation exceptionnelle, mesures exceptionnelles. Je suis venu annoncer un effort significatif de l'État à hauteur d'un milliard d'euros, car la situation le justifie", a annoncé Jean Castex à l'issue d'une table ronde avec des représentants agricoles et des élus. Ce fonds s'ajoutera à toutes les autres aides versées et se déclenchera en fonction des pertes réelles subies, qui seront déclarées dans les mois à venir par les producteurs. Il sera aussi ouvert aux entreprises en aval des filières qui sont impactées par l'absence de récoltes à conditionner ou à transformer.

Une enveloppe d'urgence d'ici "10 à 15 jours"

Pour apporter un soutien immédiat aux exploitations les plus en difficulté, une première aide d'urgence doit être allouée "sous dix à quinze jours", a assuré le Premier ministre. L'indemnisation des arboriculteurs au titre du dispositif des calamités agricoles sera portée jusqu’à 40% pour les pertes les plus importantes. Les autres filières, qui ne sont pas couvertes par ce régime, notamment les viticulteurs, devraient bénéficier d'un soutien exceptionnel similaire. 

Lire aussi

"L'heure est grave", a insisté Jean Castex lors de la table ronde, précisant que ces mesures sont "encore partielles et mériteront d'être complétées", notamment dans le cadre de la révision de la politique agricole commune (PAC). Selon des syndicats agricoles, un tiers de la production viticole française sera perdue et la moitié de sa production de fruits. L'addition de ce gel tardif du mois d'avril promet d'être salée.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

INFO LCI - Nanterre : sa fille est harcelée sexuellement dans la rue, il tire au 9 mm

Déconfinement : la situation sanitaire est-elle vraiment pire qu'il y a un mois ?

Déconfinement : voici ce que vous pourrez faire (ou non) pour les ponts du mois de mai

Injecter le vaccin AstraZeneca sans limite d'âge : la France ferait-elle cavalier seul dans l'UE ?

Au moins 24 morts à Mexico après l'effondrement d'un pont lors du passage d'un métro

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.