Grand Loto de Noël : le gros lot n’est-il pas surtout pour la FDJ ?

DirectLCI
DÉCRYPTAGE – La Française des Jeux (FDJ) organise, le 22 décembre, un Grand Loto de Noël, dont la cagnotte historique de 20 millions d’euros sera intégralement reversée aux joueurs. Ce qui pose, justement, la question des gains de la FDJ.

"100% des gagnants ont tenté leur chance", disait le slogan, omettant opportunément de préciser que 100% des perdants aussi. De toute façon, plusieurs millions de joueurs iront cocher une grille à l’occasion du Grand Loto de Noël, dont le premier tirage sera effectué le 22 décembre. Et pour cause : non seulement la cagnotte atteint le montant historique de 20 millions d’euros (deux fois plus qu’habituellement), mais la Française des Jeux (FDJ) assure que la somme sera, quoi qu’il arrive, entièrement reversée aux joueurs. C’est-à-dire que si aucun joueur ne décroche les 5 numéros et le numéro chance, "la somme est reversée aux joueurs de rangs inférieurs", indique la FDJ. Mais qu’est-ce que cette dernière a à gagner dans pareille affaire ?

La cagnotte est surtout pour l'État

Il faut d’abord savoir que, pour l’occasion, le prix de la grille a été augmenté, passant de 2,20 à 5 euros. En outre, la FDJ espère attirer plus de joueurs, soit 6 millions, contre 3 ou 4 millions pour une semaine ordinaire. Si l’on multiplie les 6 millions de grilles (fixées comme objectif) par 5 euros, cela représente un gain potentiel de 30 millions. Mais il faut aussi prendre en compte les 34,8% prélevés par l’État sur chaque grille, soit 10,4 millions d’euros sur les 30 millions potentiels. En clair : si la FDJ atteint son objectif de 6 millions de joueurs, elle rentrerait à peine dans les frais de sa cagnotte à 20 millions. Si, en revanche, elle parvient à mobiliser plus de monde (15 millions de grilles sont disponibles sur tout le territoire), elle gagnerait de l’argent.

En vidéo

La Française des jeux a lancé le grand loto de Noël

Mais l'essentiel est ailleurs. Il s’agit, plus largement, d’une vaste opération de communication pour la FDJ, qui ne cherche pas nécessairement à gagner de l'argent sur ce Grand Loto. Car elle devra encore verser des dividendes et régler à l’État (qui détient 72% du capital de la FDJ) l’impôt sur les sociétés. Mais si le Loto est sans doute le jeu le plus emblématique, il ne représente que 11% des revenus générés par la FDJ. Cette dernière a engrangé un bénéfice net de 159 millions d’euros sur l’année 2016, dont 17,5 millions via le seul Loto. L’entreprise a ensuite versé 137 millions en dividendes à ses actionnaires. Et l’État a perçu 72% de cette somme, soit 98,6 millions. En général, tout ce petit monde est gagnant à tous les coups. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter