Grève à la SNCF : la direction propose une "prime de pouvoir d'achat" aux cheminots

La grève à la SNCF perturbe le trafic en Île-de-France

NÉGOCIATIONS - Pour faire face au mouvement social organisé à l'appel de plusieurs syndicats ce mercredi, la direction de la SNCF a proposé, sous condition, une "prime de pouvoir d'achat" ainsi qu'une "prime de travail".

Rassemblés à l'appel d'une intersyndicale Unsa ferroviaire, SUD-Rail et CFDT-Cheminots, plusieurs centaines de cheminots ont exigé, mercredi 17 novembre à la mi-journée, devant le siège de la SNCF à Saint-Denis, une "augmentation généralisée des salaires". Pour faire face à ce rassemblement et au mouvement social qui a mené mercredi à des perturbations de circulation des TER, la direction de la SNCF a fait plusieurs propositions à l'occasion d'une réunion de négociations. 

La direction a notamment proposé aux syndicats une "prime de pouvoir d'achat" versée en décembre, dont le montant dépendra de la signature ou non d'un accord global sur les rémunérations par des syndicats pesant au moins 50% de représentativité syndicale, ont précisé des syndicats et la direction.

Une revalorisation des bas salaires

En cas d'"une signature à 50%", cette prime atteindra 600 euros pour les salaires jusqu'à 1,5 Smic ou 300 euros pour ceux allant jusqu'à trois Smic. "En l'absence de signature", la prime descendra à 500 euros pour les salaires jusqu'à 1,5 Smic et 250 euros pour ceux jusqu'à 2,5 Smic, toujours d'après ces sources.

La direction a aussi conditionné d'autres propositions, qui entreraient en vigueur en 2022, à la signature de l'accord, comme une majoration annuelle de la "prime de travail" destinée à "tous les salariés" qui augmentera de 220 euros brut par an avec signature, contre 200 euros sans signature, ou encore une "revalorisation des bas salaires" dont bénéficieront 61.000 salariés en cas de signature, contre 30.000 sans signature, selon un tableau des "mesures salariales" proposées, consulté par l'AFP. 

Concernant l'évolution des carrières, "on a proposé de rajouter une possibilité de progression en fin de carrière", a signalé la direction. 

"Le compte n'y est pas"

Alors que les organisations syndicales ont jusqu'au 10 décembre pour se prononcer sur cet accord, les avis semblent partagés. À l'Unsa ferroviaire, les propositions sont jugées "encourageantes". "Le groupe a fait des efforts, il a entendu la colère des salariés", a déclaré à l'AFP Florent Monteilhet, secrétaire général adjoint du deuxième syndicat représentatif de la SNCF, qui va "consulter ses structures" pour décider s'il signe ou pas l'accord.

SUD-Rail a estimé au contraire que "le compte n'y est pas" et que la direction n'a "pas entendu cette colère" des cheminots. Pour 2021, il n'y a "rien sur les salaires" et "pour 2022, des mesures spécifiques qui ne rattraperont rien", a déploré dans un tract le troisième syndicat du groupe, dont les adhérents "décideront des suites à donner à ces annonces". 

Lire aussi

Enfin, la CFDT-Cheminots est persuadée que, "sans la mobilisation des cheminots", la direction "n'aurait probablement pas fait ces propositions". Pour son secrétaire général, Thomas Cavel, "la contestation a porté ses fruits. C'est un acte 1". Avant d'interroger ses structures et se prononcer, son syndicat attendra des négociations sur les rémunérations prévues ce mois-ci dans l'entreprise, puis dans la branche ferroviaire : "On verra quand on aura l'ensemble", a-t-il prévenu.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : la France a rapatrié plus de 20.000 personnes bloquées au Maroc

Covid-19 : plus de 10.000 patients hospitalisés, "la situation est en train de s'aggraver", annonce Olivier Véran

"Je ne suis plus le journaliste, l'écrivain, je suis candidat", affirme Eric Zemmour sur TF1

VIDÉO - Los Angeles : le fiasco de "The One", la maison la plus chère du monde

"Cela ne va pas le faire" : pessimisme sur l'efficacité des vaccins anti-Covid existants face à Omicron

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.