Immobilier : de combien vos frais d'agence vont-t-ils baisser en septembre?

ÉCONOMIE
DirectLCI
IMMOBILIER - Les honoraires que les locataires doivent verser aux agences lorsqu'ils s'installent dans un nouveau logement vont baisser à partir du 15 septembre. Le plafonnement de ces frais représente une économie de plusieurs centaines d'euros pour un emménagement à Paris.

Faire visiter le logement, rédiger le bail, constituer le dossier et dresser l'état des lieux... Les agents immobiliers facturent parfois au prix fort leurs prestations. Jusqu'ici, la profession fixait librement ses honoraires lors d'une location. Atteignant en général l'équivalent d'un mois de loyer.

A partir du 15 septembre, les choses vont changer grâce au plafonnement des frais d'agence exigés des futurs locataires. Le décret mettant en application les nouvelles règles de la loi Alur sur le logement a en effet été publié mercredi au Journal officiel

Plafonnement de 11 à 15 euros/m2 

Le gouvernement a voulu qu'il entre en vigueur à cette date afin qu'il profite aux étudiants cherchant un logement pour la rentrée. Voici le détail du plafonnement prévu en fonction de l'endroit où se trouve le logement à louer :

> Paris et petite couronne : 15 euros/ m2

> Grandes villes régionales : 13 euros / m2

> Reste du territoire : 11 euros / m2

Pour un studio à Paris : 605 € -> 375 €

Concrètement, la baisse sera d'autant plus nette que le logement est petit, puisque les frais seront po-proportionnels à la surface. A Paris par exemple, ils ne pourront pas dépasser les 375 euros pour un studio de 25 m2, contre 605 euros actuellement (si l'on se base sur le loyer moyen acquitté à la relocation d'un logement l'an dernier). Et pour un appartement de 40 m2, ils passeront à de 964 euros à 600 euros.

L'ancienne ministre du Logement Cécile Duflot a même donné, ce mercredi sur Twitter, l'exemple précis d'une chambre de bonne à Paris pour laquelle les frais d'agence seront "divisés par presque 4, passant de 441 à 113 euros". Cette baisse radicale du montant des frais sera cependant bien moins importante pour les grands logements, en particulier en province où les honoraires sont généralement moins élevés que dans la capitale - et parfois même déjà en dessous du plafond. 

A l'époque où Cécile Duflot avait présenté la loi Alur, il avait été question d'exonérer totalement les locataires d'honoraires. Ce plafonnement est donc le fruit d'un compromis trouvé au terme de discussions avec notamment la Fédération nationale de l'immobilier (FNAIM). Mais la profession juge toujours que la mise en place de ce plafonnement est trop précipitée, pointant les répercussions possibles sur les 20.000 salariés du secteur de la location.

EN SAVOIR + >> Les mesures de la loi Alur

Lire et commenter