Impôts : comment le fisc belge fait un carton en adoucissant le ton avec les mauvais payeurs

Impôts : comment le fisc belge fait un carton en adoucissant le ton avec les mauvais payeurs
ÉCONOMIE
DirectLCI
MÉTHODE DOUCE – Le fisc belge a récemment modifié ses lettres de relance envoyées aux contribuables retardataires, pour les rendre moins formelles et austères. Une expérience qui s’est révélée concluante.

"Selon nos informations, vous n’avez pas payé dans les délais..." Si vous avez dépassé la date limite de règlement de vos impôts, vous pouvez lire cette phrase introductive dans les lettres de relance du fisc français. Un type de courrier qui, bien que nécessaire, n’est pas vraiment agréable à recevoir. Pour peu que vous soyez frappé de "phobie administrative", il y a même de fortes chances que vous glissiez cette lettre tout en bas de la pile des papiers en souffrance... 


Pourtant, une autre approche de la part des services fiscaux pourraient peut-être vous motiver pour régler votre dû. Une méthode douve vient en effet d’être expérimentée en Belgique, et elle porte ses fruits : selon les médias belges, le Service public fédéral Finances (SPF Finances) s’est attaché les services de Jan-Emmanuel De Neve, un chercheur de l’Université d’Oxford spécialiste en économie comportementale, pour l’aider à rédiger des courriers de relance moins formels et austères. 

Des infos sur l’utilité des impôts

L’une des premières modifications apportées : simplifier la rédaction et l’expression. C’est ainsi que les courriers du fisc belge sont passés de deux à une page, et que les références pesantes et abstraites au code des impôts ont été  revues, rapporte la chaîne publique francophone RTBF

Lire aussi

Exit également l’impersonnelle expression "Madame, Monsieur", remplacée par le nom du retardataire. Celui-ci peut en outre découvrir le montant non payé de manière très claire en plein milieu de la lettre, et lire quelques informations incitatives sur l’utilité des impôts et les services qu’ils permettent de financer. Le taux de "bons payeurs", soit 95% des contribuables belges, poursuit la RTBF, est également mentionné. 


Bilan de cette expérience originale : 18 millions d’euros supplémentaires récoltés par le fisc belge quelques jours après l’envoi de ce nouveau modèle de lettre. Soient 17% de règlements immédiats en plus !

En vidéo

Impôts locaux : qui sont les gagnants, qui sont les perdants ?

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter