Intermittents, saisonniers, travailleurs précaires : l'exécutif annonce une aide exceptionnelle

Intermittents, saisonniers, travailleurs précaires : l'exécutif annonce une aide exceptionnelle

FILET SOCIAL - Les travailleurs précaires des secteurs les plus touchés par la crise sanitaire vont percevoir une aide exceptionnelle pour les mois à venir, avec une garantie de ressource minimum. 400.000 personnes sont concernées.

Neuf cent euros de revenu minimum garanti, pour quatre mois, de ce mois de novembre jusqu'à février 2021. Voici la nouvelle mesure d'aide que Jean Castex est venu dévoiler, au milieu de ses autres annonces sur la sortie progressive du confinement, précisant les contours de la "réponse exceptionnelle" que promettait mardi Emmanuel Macron, à destination des "(...) saisonniers, les extras qui n'ont plus d'engagement depuis des mois, les précaires qui travaillaient les années précédentes mais ne retrouvent plus d'emplois."

Si les mesures d'aides à destination des entreprises ont été largement étendues, si le chômage partiel concerne encore des millions de bénéficiaires, le dispositif laissait de côté certaines victimes indirectes de la crise sanitaire et des deux confinements, ceux qu'emploient souvent certains des secteurs à l'économie la plus durablement plombée, particulièrement ces entreprises contraintes à baisser le rideau depuis le premier confinement. C'est ce trou à la raquette que le dispositif détaillé aujourd'hui vient réparer.

Toute l'info sur

Coronavirus : l'impact économique de la pandémie

Avoir travaillé 60% du temps en 2019

Dans le détail, l'aide sera délivrée sous conditions, et payée tous les deux mois par Pôle Emploi. Comme l'a précisé la ministre du Travail Elisabeth Borne, elle concernera ceux qui pourront justifier avoir travaillé "plus de 60% du temps en 2019" et "qui n'ont pas pu travailler suffisamment en 2020 pour recharger leurs droits" au chômage. Parmi les populations concernées, elle cite certains travailleurs "particulièrement affectés par la crise" comme les saisonniers, ou "certains Français qui, avant la crise, travaillaient beaucoup en enchaînant contrats courts et périodes de chômage" comme les intérimaires, les extras de la restauration, et les "permittents" de l'événementiel, très touchés par l'annulation des salons professionnels.

Lire aussi

Exceptionnelle, l'aide sera aussi pour l'instant limitée dans le temps. Ainsi, la garantie de revenu minimum de 900 euros par mois s'appliquera sur les mois de novembre, décembre, janvier et février. Elle pourrait être prorogée au-delà, si l'état de l'épidémie et ses conséquences économiques devaient perdurer. et bénéficiera "à près de 400.000 travailleurs précaires dont 70.000 jeunes", a détaillé Elisabeth Borne. 

Des jeunes que Jean Castex désigne comme "premières victimes de la crise",  également concernés par d'autres aides, qui viendront pour les étudiants compenser la réduction, par exemple, du nombre de jobs étudiants offerts cette année.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Covid-19 : l'explosion des variants est-elle provoquée par le vaccin Pfizer ?

EN DIRECT - Covid-19 : 346 morts et près de 23.000 nouveaux cas enregistrés en 24 heures en France

"Langue Covid" : un nouveau symptôme du virus ?

EN DIRECT - Joe Biden veut que 100 millions de vaccins soient administrés dans les 100 premiers jours de son mandat

EN IMAGES - Investiture de Joe Biden : 13 photos pour l'Histoire

Lire et commenter