VIDÉO - BTP : une carte d’identité professionnelle pour lutter contre le travail illégal sur les chantiers

DirectLCI
NOUVEAUTÉ - Deux millions de personnes et de salariés sont potentiellement concernées. D'ici la fin de l'année, toute personne intervenant sur un chantier devra être munie d'une carte d'identité professionnelle. Objectif ? Lutter contre le travail illégal.

Bernard Cazeneuve et Myriam El Khomri ont remis ce mercredi la première carte BTP à un maçon breton. Personnelle, électronique et en théorie infalsifiable, cette nouvelle arme est censée lutter contre le travail illégal sur les chantiers. D'ici la fin de l'année, salariés, intérimaires et travailleurs détachés devront obligatoirement l'avoir en poche en cas de contrôle de l'inspection du travail. 

Que contiendra-t-elle ?

Concrètement, ce sont les chefs d'entreprise qui commanderont la carte sur internet. Elle leur coûtera 10,80 euros. Outre la photo de l'employé, un code QR, qui contiendra de nombreuses informations sur le salarié, dont sa nationalité, la nature de son poste et la durée de son contrat.


Ce code indiquera aussi des informations sur l'employeur : le contrôleur verra quel est le statut juridique de l'entreprise ou si elle est à jour de ses cotisations. Il lui suffira de scanner la carte avec son téléphone. 

Quelle sanction en cas de défaut de carte ?

En cas d'infraction, l'employeur devra payer 2000 euros d'amende par salarié. Mais beaucoup de professionnels restent sceptiques : l'électronique ne fera pas de miracle tant que les contrôles ne seront pas intensifiés.


Actuellement, entre 200.000 et 300.000 travailleurs du bâtiment ne seraient pas déclarés. Si on ajoute les secteurs de l'hôtellerie de la restauration ou du spectacle, cette économie souterraine représenterait plus de 200 milliarsds d'euros, soit un dixième du produit intérieur brut de la France.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Le 20h

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter