L’Arabie saoudite réalise un emprunt record pour tourner la page de l’or noir

L’Arabie saoudite réalise un emprunt record pour tourner la page de l’or noir
ÉCONOMIE

MAUVAISE PASSE - Pour faire face à une économie qui tourne au ralenti, le royaume saoudien vient de lancer le premier emprunt de son histoire. Et son montant est astronomique : 17,5 milliards de dollars.

Une page se tourne pour l’Arabie saoudite. Le royaume, dont la fortune a été assurée ces dernières décennies par l’or noir, vient de procéder à sa première levée internationale de fonds. A l’image de la démesure qui symbolise souvent ce pays, le montant emprunté sur les marchés pour faire face aux difficultés financières qu’il rencontre a atteint le niveau record de 17,5 milliards de dollars (16 milliards d'euros). Signe de l’intérêt suscité par le royaume, cette première levée de fonds a été souscrite à près de quatre fois sa valeur, selon l’agence officielle Spa.

Confronté à la chute du prix du pétrole, Ryad fait face à une prévision de déficit budgétaire de 87 milliards de dollars, soit 10% du PIB. La première économie arabe marche au ralenti avec 1,2% de croissance attendu cette année, contre 3,5% en 2015. Dans ce contexte, les défis qui attendent la monarchie pétrolière sont considérables. 

En attendant la prochaine introduction…

Ces derniers mois, des mesures d’économies ont donc été engagées, dont la plus symbolique est sans doute la réduction de 20% des salaires des ministres. "D'une manière ou d'une autre", les pays du CCG doivent réduire leurs dépenses au cours des cinq prochaines années et trouver des moyens d'augmenter leurs revenus non-pétroliers, a récemment déclaré le directeur du FMI pour le Moyen-Orient, Masood Ahmed. Pour ce faire, l’Arabie Saoudite doit développer son secteur privé. Un véritable challenge pour ce pays où la fonction publique emploie toujours deux fois plus de personnes que le privé.

Cette mutation ne manquera pas de passer par les marchés financiers; manifestement enclin à investir dans le pays.  L’annonce en début d’année de la possible introduction en bourse en 2018 de la compagnie pétrolière publique Saudi Aramco a ainsi électrisé les investisseurs. Là encore, l’opération devrait battre tous les records concernant ni plus ni moins le plus gros producteur de pétrole au monde dont la valeur, difficile à évaluer, dépasserait largement les 1000 milliards de dollars. 

Lire aussi

    En vidéo

    L'OPEP réduit sa production de pétrole

    Sur le même sujet

    Et aussi

    Lire et commenter

    Alertes

    Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent