La "dette Covid" devra bien être remboursée, mais sans urgence, estime l'économiste Esther Duflo

La "dette Covid" devra bien être remboursée, mais sans urgence, estime l'économiste Esther Duflo

ÉCONOMIE - Pour la prix Nobel d'économie 2019 Esther Duflo, la "dette Covid" ne devra pas être annulée par la Banque centrale européenne, mais aucune urgence n'existe pour la rembourser.

Faudra-t-il un jour rembourser la dette provoquée par la pandémie de Covid-19 ? Si les avis sur la question divergent, l'économiste Esther Duflo s'est déclarée opposée à l’annulation de la dette de la Banque centrale européenne (BCE), par crainte de voir flamber les taux d'intérêt. Elle prône plutôt le rétablissement d'une "fiscalité progressive" pour la rembourser le moment venu. Annuler la dette ne générerait "aucun gain puisque de toute façon la dette ne coûte rien pour l’instant, on a tout le temps qu’il faut pour la rembourser et ça peut être fait par une fiscalité adaptée", "sans limiter les dépenses", a déclaré la professeure au Massachusetts Institute of Technology (MIT) sur France Inter.

Toute l'info sur

Coronavirus : l'impact économique de la pandémie

Ce faisant, celle qui est cette année professeure invitée à la Paris School of Economics (PSE) prend le contre-pied de l'appel lancé par plusieurs économistes, dont son collègue Thomas Piketty de la PSE, à un abandon par la BCE des titres de dette publique européenne qu'elle détient. "La raison pour laquelle les taux d’intérêt sont à zéro, c’est parce que le marché financier est absolument persuadé que cette dette sera remboursée", a fait valoir l'économiste, citant l'exemple de l'Espagne ou de la Grèce pendant la crise de la zone euro, qui "lorsqu’elles empruntaient en leur propre nom faisaient face à des taux énormes car les investisseurs avaient peur que cette dette ne soit pas remboursée".

"Aucune pression à court terme" pour rembourser la dette

Pour Esther Duflo, ce débat a d'autant moins lieu d'être qu'il n'y a "aucune pression à court terme" pour rembourser cette dette vu le niveau des taux qui rend le service de la dette indolore. En revanche, "dès que les économies seront reparties sur leur rythme de croisière", il faudra revenir à "des budgets plus équilibrés" et ce sera "l’occasion de repenser à une fiscalité qui soit progressive à l’intérieur des pays et idéalement concertée entre les pays pour permettre justement cette fiscalité progressive", a-t-elle fait valoir.

Lire aussi

"Plus de progressivité, c'est une réponse à comment rembourser la dette" mais aussi à l'accroissement des inégalités de revenus, a-t-elle ajouté, rejoignant sur ce sujet Thomas Piketty. Preuve que cela n'a rien d'utopique, "dans l'Amérique d'Eisenhower, les taux d'imposition sur les revenus les plus importants étaient de 95-96%", a-t-elle souligné en référence au général qui présida les États-Unis de 1953 à 1961. Politique issue du New Deal installé par Franklin Roosevelt au sortir de la crie économique, et qui fut entièrement repensée à l'arrivée de Ronald Reagan au pouvoir.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid : les ordres de santé appellent tous les soignants à se faire vacciner

Patrick J. Adams, le mari de Meghan dans "Suits", dénonce l'attitude "obscène" de Buckingham

Covid-19 : pourquoi le nombre de jeunes en réanimation continue d'augmenter ?

Ces Français qui partent en vacances en Italie malgré la pandémie

"Le succès attire la rage" : le rappeur The Vivi répond à son éviction de "The Voice" en musique

Lire et commenter