La Grèce dit "non" : "On est dans une situation de stress médical"

ECONOMIE
DirectLCI
L"économiste Philippe Dessertine a réagi sur le plateau de "Choisissez votre camp" ce lundi, au lendemain du référendum grec lors duquel les électeurs ont massivement rejeté de nouvelles mesures d'austérité. "Mettre sous perfusion les banques grecques pendant des mois, des mois et des mois, ça veut dire clairement que c'est l'Allemagne qui paie" a-t-il expliqué.

Sur le même sujet

Lire et commenter