La Poste : des plis aux applis

La Poste : des plis aux applis

ECONOMIE
DirectLCI
COURRIER – Pour enrayer la chute de l'activité courrier de La Poste, le gouvernement a lancé un plan de soutien visant à maintenir les 17.000 points de contact de l'opérateur. Une réflexion est également menée pour développer de nouveaux services au sein des agences.

Vente de billets d'avion, renouvellement de permis de conduire... Ces services seront-ils bientôt offerts par La Poste ? Ce sont en tout cas des pistes de réflexion que développe l'opérateur historique confronté à une érosion d'une partie de son activité et pas des moindres : la gestion du courrier.

"Le courrier a beaucoup souffert du développement des mails, cette activité est en déclin et La Poste doit se réinventer, trouver de nouveaux relais de croissance, grâce au numérique notamment", a expliqué jeudi, à l'AFP, la ministre déléguée à l'Economie numérique, Fleur Pellerin.

L'activité courrier en chute de 23% depuis 2008

Inquiets de l'évolution de leur activité et des conséquences sur l'emploi, une partie du personnel des plates-formes Industrielles (PIC) et des centres de tri de courrier (CTC) s'était d'ailleurs mis en grève mi-décembre. L'activité courrier ne cesse en effet de ralentir ces dernières années. Depuis 2008, cette dernière accuse une chute de 23%. En 2013, l'opérateur postal a ainsi traité un milliard de plis en moins par rapport à l'année précédente.

Dans le cadre du contrat de présence territoriale 2014-2016, officialisé par Fleur Pellerin, l'Etat doit verser 170 millions d'euros par an à La Poste sous forme d'un abattement de taxes locales pour lui permettre de maintenir ses 17.000 points de contact en France et les services postaux qu'ils offrent. Depuis novembre, l'opérateur expérimente une diversification de ses services à travers l'accès internet gratuit aux sites de services publics (Caf, sécurité sociale, Pôle Emploi), via des tablettes tactiles mises à disposition des clients, dans 50 agences communales.

"On n'exclut pas non plus de proposer aussi à terme des services d'Etat civil, par exemple des demandes de renouvellement de permis de conduire", a précisé Fleur Pellerin. De la même manière, des réflexions sont menées avec d'autres sociétés à capitaux publics comme la SNCF ou Air France pour le développement de services.
 

Sur le même sujet

Lire et commenter