La production mondiale de vin à un niveau "extrêmement faible", la France particulièrement touchée

ILLUSTRATION

INQUIÉTUDE - La production mondiale de vin devrait être "extrêmement faible" en volume en 2021, notamment en raison de la météo européenne, a indiqué jeudi l'Organisation internationale de la vigne et du vin. La France pâtit particulièrement de cette mauvaise conjoncture.

Coup dur pour l'Hexagone. Selon l'Organisation internationale de la vigne et du vin (OIV), la production mondiale de vin devrait être "extrêmement faible" en volume en 2021. Au total, elle est estimée aux alentours de 250 millions d'hectolitres, "à peine supérieure à la production historiquement faible de 2017". Cela représenterait une baisse d'environ 4% par rapport à 2020, année où le volume produit était déjà inférieur à la moyenne.

Ces derniers mois, les trois principaux pays producteurs européens - Italie, Espagne, France - ont pâti de conditions météorologiques défavorables. Après les fortes gelées d'avril, se sont succédé pluies estivales diluviennes, orages de grêle et épisodes de mildiou (un champignon parasite). À eux trois, ces pays, qui représentent 45% de la production mondiale, ont perdu environ 22 millions d'hectolitres par rapport à l'exercice précédent. 

La production française au plus bas depuis 1957 ?

Ce constat catastrophique est d'autant plus vrai pour la France, pays du Vieux Continent qui a "subi le plus durement les effets d'un millésime désastreux". Deuxième producteur mondial en 2020 derrière l'Italie, elle devrait ainsi passer à la troisième place, derrière l'Espagne, pour la première fois depuis 2013. La production italienne devrait, cette fois, atteindre les 44,5 millions d'hectolitres (-9% sur un an), un chiffre qui la place nettement devant l'Espagne - qui prévoit une production de 35 millions d'hectolitres (-14%) - et la France (34,2 millions d'hectolitres,-27%). Si ces prévisions se confirment, il s'agirait du "plus bas volume de production" dans l'Hexagone depuis 1957, note le directeur de l'OIV, Pau Roca. 

Lire aussi

À noter que l'Allemagne, quatrième producteur européen, est parvenue à tirer son épingle du jeu, avec une production en hausse de 4% à 8,8 millions d'hectolitres. Même chose pour les États-Unis, malgré une année marquée par d'importants incendies (24,1 millions d'hectolitres, augmentation de 6% par rapport à 2020). 

En vidéo

Du vin en canette au milieu des grands crus

Une meilleure conjoncture dans l'hémisphère sud

À l'inverse, 2021 a été une année "très positive" pour les vignobles de l'hémisphère sud, après un mauvais cru en 2020. La production devrait y atteindre le niveau record de 59 millions d'hectolitres, en hausse de 19%. Le Chili a par exemple produit 13,4 millions d'hectolitres (+30% sur un an), un plus haut depuis 20 ans. L'Argentine suit, avec 12,5 millions d'hectolitres (+16%), devant le Brésil (3,6 millions d'hectolitres, + 60%). De même, l'Australie a vu sa production augmenter de 30% à 14,2 millions d'hectolitres, un niveau record depuis 2006.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Immeuble effondré à Sanary : "Le temps joue contre nous", prévient le chef des pompiers du Var

SONDAGE EXCLUSIF : Forte percée de Valérie Pécresse, Emmanuel Macron toujours en tête

EN DIRECT - Covid-19 : près de 60.000 nouveaux cas en 24 heures, record de la 5e vague

Télétravail : Élisabeth Borne annonce un objectif de "5000 contrôles par mois" dans les entreprises

VIDÉO - Fermeture des discothèques : le monde de la nuit entre colère et incompréhension

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.