La taxe foncière en hausse de 15% entre 2010 et 2015

DirectLCI
IMPÔTS - Entre 2010 et 2015, la taxe foncière a enregistré une augmentation de près de 15% en moyenne en France, selon le rapport publié jeudi 13 octobre par l’Union nationale des propriétaires immobiliers (UNPI). 2016 est d'ores et déjà un très mauvais cru pour les contribuables.

La taxe foncière continue de grimper. Entre 2010 et 2015, la taxe foncière sur les propriétés bâties a augmenté de 14,7% en moyenne en France, selon l’observatoire 2016 publié par l’Union nationale des propriétaires immobiliers (UNPI). Cette progression s’explique notamment  par une hausse de 7,62% des valeurs locatives (soit l'assiette de l'impôt) entre 2009 et 2014, en application des lois de finances, et par la progression de 6,58%, dans le même temps, des taux d'imposition.


Au palmarès des départements ayant connu les plus fortes hausses ces cinq dernières années, on trouve la Corse-du-Sud avec une augmentation de 69,99% en moyenne, suivis par le Val-d'Oise (+57,76%) et l'Ain (+42,23%). A l'inverse, cet impôt a faiblement progressé dans les Hauts-de-Seine (+5,24% en moyenne), dans le Morbihan (+5,88%), à La Réunion (+6,55%), ou encore en Martinique (+6,79%) et en Guadeloupe (+6,86%). Des évolutions qui n’ont subi que les revalorisations annuelles des valeurs locatives. 

2016 repart à la hausse

Après la flambée de ces dernières années - soit +21,17% entre 2007 et 2012 et +16,42% de 2009 à 2014 -, les chiffres de 2010-2015 confirment le ralentissement de la progression de la taxe foncière sur le territoire. Dans la précédente édition de son observatoire, l’UNPI avait d’ailleurs salué un effort de modération des départements dans l’évolution de cet impôt local. Seuls 11 départements avaient ainsi modifié leur taux en 2015, rappelle la Fédération. Une tendance qui semble bel et bien révolue déplore-t-elle aujourd’hui. En 2016, selon les premières données disponibles, 35 départements ont choisi d’augmenter leur taux.  "Et les augmentations constatées sont astronomiques, sans comparaison possible avec celles observées en 2015", précise la Fédération, qui cite notamment le cas des Yvelines (67,62% d’augmentation de taux départemental). 

En conséquence, la taxe foncière a progressé de 3,78% en moyenne entre 2015 et 2016 sur l’ensemble du territoire, contre 2,22% entre 2014 et 2015. Particulièrement touchés, les Nantais doivent assumer une hausse de 15% de la taxe foncière cette année en raison de la Métropole, souligne la fédération de propriétaires. Les propriétaires résidents à Argenteuil ne sont pas en reste avec 12% d’augmentation entre 2015 et 2016, tandis qu’à Lille la taxe foncière a de nouveau fortement progressé (10,61%). 

__________________________________


LE CLASSEMENT DES GRANDES VILLES

Elles ont connu les plus fortes augmentations de taxe foncière entre 2010 et 2015 : 


1. Lille : +22,99%

2. Anges : +20,94%

3. Clermont-Ferrand : +20.57%

4. Lyon : +20.34%

5. Créteil : +20.14%

(calcul prenant en compte les taux de départements et de communes)


Elles ont connu les plus faibles augmentations :


1. Grenoble : +6,35%

2. Poitiers : +6,43%

3. Roubaix : +6,58%

4. Nice : +6,77%

5. Tourcoing : +7,18%

______

Rappel  

La taxe foncière sert à financer les budgets des collectivités locales (communes, départements, mais également intercommunalités). Ce sont les collectivités qui fixent son taux en fonction de leurs besoins. "Ainsi, le département prélèvera par exemple 10 % de la valeur locative cadastrale, la commune 15 %, l’intercommunalité 5 %, sans oublier les frais de gestion perçus par l’Etat, qui joue ici le rôle de collecteur d’impôt", rappelle l’UNPI. 

VIDÉO - Forte hausse de la taxe foncière dans certains départements

En vidéo

Forte hausse de la taxe foncière dans certains départements

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter