Le bilan de François Hollande en matière de chômage est plus mauvais que celui de Nicolas Sarkozy

DÉCRYPTAGE - Entre juillet et août 2016, le nombre de demandeurs d'emploi de catégorie A a augmenté de 50.200 personnes, soit de +1,4%, une mauvaise nouvelle pour le président qui souhaite inverser la courbe avant la fin 2016.

Après plusieurs mois de baisse, le chômage est fortement reparti à la hausse en août avec 1.4% de chômeurs de catégorie A en plus. La faute aux attentats et à un ralentissement du tourisme en 2016, selon la gauche ; la faute à une mauvaise gestion de la part de François Hollande, selon la droite et son leader, Nicolas Sarkozy.

Lire aussi

Ce n’est pas la première fois que les deux adversaires s’invectivent sur les chiffres du chômage. Au début de l’été, François Hollande affirmait que pendant le quinquennat de son prédécesseur le chômage avait augmenté d’au moins un million de personnes alors qu'il n'aurait augmenté que de 600.000 personnes durant son mandat. 

Un calcul trompeur de la part d’Hollande

Sauf que le calcul du président n'est pas des plus rigoureux. Pour faire le bilan de la hausse du chômage de la période Sarkozy, il prend en compte les trois catégories de chômeurs : A, B et C. Alors que pour son mandat il ne s'intéresse qu'à la hausse des chômeurs de catégorie A.  Si on additionne, comme pour Sarkozy, les trois catégories, on obtienne alors une hausse 1.200.000 chômeurs lors de son mandat.

Si l'on s'intéresse aux destructions d'emplois, là aussi, la comparaison est à l'avantage du candidat des Républicains. En moyenne, 14.700 emplois sont détruits chaque trimestre depuis le début du quinquennat de François Hollande. 2 000 de plus par trimestre que lors du mandat de Nicolas Sarkozy où 12.670 emplois en moyenne disparaissaient chaque trimestre.

Lire aussi

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La baisse du chômage, promesse risquée de Hollande

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter