Le bitcoin fait une entrée en fanfare sur la bourse américaine

MONNAIE - Très controversée, la monnaie virtuelle a vu sa valeur prendre 20%, dimanche 10 décembre pour son entrée sur une plateforme financière, dépassant facilement la barre des 18.000 dollars l'unité.

En dépit des récentes controverses, le bitcoin a réussi son entrée sur la bourse, ce dimanche. La patronne des monnaies virtuelles a passé sans trop de difficulté la barre des 18.000 dollars l'unité. Dimanche, aux alentours de 23h, le symbole boursier "XBT" a été proposé au prix de  15.000 dollars sur la plateforme boursière Chicago board options exchange (CBOE). Ce symbole est un des premiers produits financiers qui permet de parier sur l'évolution et l'avenir du bitcoin. Après cette première proposition, s'en est suivie une forte volatilité et un fort trafic. Conséquence : le site internet du Cboe, l'une des deux plateformes boursières américaines de contrats à terme, a été inaccessible pendant une vingtaine de minutes. 


L'opérateur boursier a assuré que les échanges n'ont pas été affectés, et clôtureront comme prévu pour cette première séance. Aux alentours de 3h20, le cours du bitcoin s'envolait à 17.750 dollars l'unité pour le contrat à terme? qui doit expirer le 17 janvier. Pour ensuite monter à 18.010 dollars. C'est "assez calme" et "stable", a toutefois déclaré à l'AFP Bob Fitzsimmons, le responsable des contrats à terme chez la maison de courtage Wedbush Securities.  Environ 1694 contrats avaient changé de main à 3h20, selon le CBOE, qui a indiqué que "les échanges se sont déroulés comme prévu".

Bientôt un produit d'épargne financière ?

Les instruments financiers proposés sont la première opportunité officielle pour les investisseurs professionnels d'investir dans le bitcoin, monnaie virtuelle lancée en 2009, dont ils se méfient à cause de son absence de régulation et de son manque de transparence. Du côté des experts, on juge qu'avec cette séance, le CBOE donne à la monnaie une certaine "légitimité, car il reconnaît que le bitcoin est un actif comme un autre [tel le dollar, l'euro ou le pétrole, ndlr] qu'on peut échanger". Cette reconnaissance par Wall Street est une première étape dans l'ambition de cette monnaie virtuelle et de ses créateurs de la voir devenir aussi populaire que l'or auprès du grand public. 


 Ses défenseurs envisagent de passer rapidement à l'étape suivante en demandant à la SEC, le gendarme américain de la Bourse, d'autoriser la création d'un ETF en bitcoin, une sorte de placement financier ou d'épargne financière dans lequel il sera possible à tous ceux qui le désirent de placer ses économies. La valeur de ce type d'épargne financière dépendra de la performance du bitcoin. Jusqu'à présent, la SEC a toujours refusé de satisfaire une demande de la sorte, estimant que la fixation du prix du bitcoin restait trop opaque, et que cette monnaie virtuelle était trop facilement manipulable. 

Les méfiances toujours là

Ces premiers échanges sur une plateforme boursière devraient permettre, selon les traders, d'apporter à terme une certaine stabilité et apaiser les craintes de voir une bulle exploser. Selon ses affirmations, le CBOE a même mis en place des garde-fous afin d'éviter toute fluctuation extrême des cours. A titre d'exemple, la plateforme suspendra les échanges pendant 120 secondes si les prix des produits augmentent ou chutent soudainement de 10%. Un arrêt porté à cinq minutes si ces mouvements dépassent les 20%.

En vidéo

VIDÉO - On vous dit tout sur le Bitcoin

De son côté, la FIA, qui rassemble plusieurs grandes banques oeuvrant sur le marché des contrats à terme comme JPMorgan ou encore Citigroupe, se disait toujours "inquiète" de "l'absence de transparence et de régulation" du bitcoin. L'organisation demande un contrôle approprité des échanges "afin de s'assurer que le bitcoin n'est pas l'objet de manipulation et de fraude". 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La folie du bitcoin

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter