Le gouvernement confirme la baisse des cotisations salariales en deux temps pour compenser la hausse de la CSG

DirectLCI
REDISTRIBUTION – Le gouvernement a confirmé la suppression des cotisations salariales "maladie" et "chômage" en deux phases, étalées sur l'année 2018. Cette suppression devrait permettre de redonner 7 milliards d’euros de pouvoir d’achat aux actifs. Elle est censée compenser la hausse de la CSG, qui prendra effet au 1er janvier 2018.

Emmanuel Macron l’avait promis durant sa campagne, le Premier ministre l’avait annoncé en juin dernier et le gouvernement vient de le confirmer : les cotisations salariales "maladie" et "chômage" seront bien supprimées en 2018. Le gouvernement promet grâce à ce transfert de redonner 7 milliards d’euros de pouvoir d’achat aux actifs.  


Cette mesure fiscale phare de la majorité servira à compenser la hausse de la CSG de 1,7 point. La baisse des cotisations salariales, avec ces suppressions, se fera en deux temps : une première phase est prévue au 1er janvier 2018, une seconde à l’automne 2018. 


La hausse de la CSG, elle, se fera dès le 1er janvier 2018, ce qui signifie que les salariés subiront d'abord la hausse de la CSG avant de bénéficier de cette baisse de cotisations.

260 euros en plus par an pour un salarié au SMIC

Malgré la hausse de CSG de 1,7 point, la suppression de ces deux cotisations devrait permettre une baisse de 3,15 points. Les salariés seront donc bénéficiaires de cette mesure puisqu’ils auront 1,45 point de cotisations en moins à payer. Cette baisse des cotisations représente un gain de 260 euros par an pour un salarié qui touche le SMIC. 

En vidéo

La CSG, c'est quoi ?

Qui des fonctionnaires et des retraités ?

Annoncés comme les grands perdants de cette réforme, les fonctionnaires vont subir la hausse de la CSG sans aucune compensation prévue pour le moment. Cette hausse de 1,7 point représente 300 euros par an pour un SMIC. Le gouvernement promet néanmoins des discussions à l’automne 2017 autour de Gérald Darmanin pour "définir les modalités d’une compensation de cette hausse".


En revanche aucune mesure compensatoire n’est prévue pour les retraités. A partie de 1200 euros de pension par mois, ils seront concernés par la hausse de la CSG.

Plus d'articles

Sur le même sujet